OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

6e édition de la quinzaine des langues maternelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

clafotis


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Sabiá pas ente lu conhar, adonc, l'ai botat 'quí. Trobe l'ideia pas tròp colhona dins la presentacion.

“Les langues ne doivent pas seulement
être parlées, mais elles doivent être dotées d’un système d’écriture,
pour leur assurer une certaine stabilité”, a déclaré Prof. Silué Jaques
de l’Institut supérieur des techniques de la communication (ISTC).
C’était le mercredi dernier, à la fondation Mémel Fotê, à Cocody, à
l’occasion de la conférence inaugurale de la 6e édition de la quinzaine
des langues maternelles, organisée par l’Organisation non
gouvernementale (ONG) Savoir pour mieux vivre (SAPOMIVIE). Cette
initiative vise à faire la promotion des langues maternelles. Selon le
conférencier, les langues en Côte d’Ivoire doivent être dotées d’un
système d’écriture. Mais en plus, dit-il, on doit leur assigner
plusieurs rôles dans tous les domaines de la vie, pour leur donner de
la valeur. En l’occurrence, dans le domaine social, économique,
culturel etc. Parce que, pour lui, elles permettent de s’imposer sur le
plan international et permettent, en outre, la formation des ressources
humaines qui sont à la base du développement d’un pays. “Tous les pays
qui utilisent des langues nationales dans leur système éducatif, sont
développés”, a-t-il révélé. Il a aussi mentionné que si la Côte
d’Ivoire est battue culturellement, c’est parce que les langues ne
possèdent pas d’écriture pour les rendre performantes.

Par ailleurs, il s’est montré heureux de savoir qu’en Côte d’Ivoire, il
existe des personnes qui s’intéressent aux langues nationales. A cet
effet, il a promis à la présidente fondatrice de cette ONG, Mical Drehi
Lorougnon, de lui apporter le soutien nécessaire pour la promotion des
langues en Côte d’Ivoire.

Cette conférence était aussi le lieu pour la présidente de Sapomivie
d’attirer l’attention des Ivoiriens sur l’importance de ces langues,
qui pour elle, sont les premières langues parlées par les ivoiriens.
“Nous ne devons pas perdre ceux que nous avons de précieux”, a-t-elle
ajouté.

Sonia dia (Stagiaire)

http://news.abidjan.net/article/?n=337462

http://rapieta.wordpress.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum