OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Tèxte II : Feniant e gromand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Tèxte II : Feniant e gromand le Mar 10 Avr - 16:25

OstauPM


Steack Cathare
Steack Cathare
FENIANT E GROMAND
1838



Toei lei soars, ma borsa de maire
Mi renoriá : siás un vaurien !
Aimes manjar bòn, vòs ren faire ;
Un jorn feniràs mau Guilhem !
Lo feniantugi
Lo gromandugi
An de tot temps desaviat lei jovents !...
Maire, li dieu,
Pas tant bedeu
Per v’escotar de mi levar la pèu !
Basta que lo marteu procure
De que chicar...Rame cu a fam !
Cu es pas feniant, cu es pas gromand
Qu’un tròn de Dieu lo cure !

A luega de nàisser canalha,
L’enfant d’un paure ovrier maçon,
Perqué siáu pas sortit dei braias
D’un negociant vò d’un baron !
Ieu, tant cauvassa !
Ò ! Que vidassa !
Ò ! Que chalar ! s’aviáu agut de plomb !
Voadets-milier !
Particulier !
Ti l’auriáu fach jugar lo restelier !...
Mai fau que Guilhem si mesure !...
S’au mens m’avián fach capelan !...
Cu es pas feniant, cu es pas gromand
Qu’un tròn de Dieu lo cure !

L’ivern, lo bot dei dets vos sibla ;
L’estiu de susor siatz negatz :
Anatz un pauc manejar la tibla,
Lei mans gòbias, lo sang gelat !
Mai en gogueta,
A la guingueta,
Rire, cantar, gusejar, far tubar ;
Puei la brocheta
Puei lei cartetas
Puei emé Choasa au liech si radassar !
L’a ti v’un bregand que mi jure
Qu’aquò es pas lo plesir dei sants ?
Cu es pas feniant, cu es pas gromand
Qu’un tròn de Dieu lo cure !


L’an passat dau temps dei Carenas,
Eri redde coma un palet :
Junar per ieu es tròp de pena,
E surtot junar per Nové
Au corretier
Zo ! Tres camiás :
N’en retireri mei nonanta piés
N’agueri pron
Per un capon ;
Era de buerri ! M ‘anèt ai vint onglons !...
Cu vòu joïr fau que n’endure :
Fasiáu gin-gin lo lendeman ;
Mai es egau : cu es pas gromand
Qu’un tròn de Dieu lo cure !

Mi fa susar lei bassaquetas
Quand vieu certen richàs boumians,
Per espranhar quauquei pecetas,
Patir dau sòm e de la fam !
Es pas pecat
De s’espilhar
Manges un uou
Ò vielh coguou
E pòs aver de gamatas de buou !
Vòs pas que lo mesquin marmure
Quand lo Cresús viu en mandiant !
Cu es pas feniant, cu es pas gromand
Qu’un tròn de Dieu lo cure !

E nòstre curat que sans cessa
Au pròne ven degobilhar
Còntre la taula e la paressa !
De l’ausir mi fa tremolar !
L’ista pas ben
Au citoïen,
De comandar lo juni ai parroassiens !
Es tot redond
A set mentons,
Lo nasaret roge coma un pebron !
Fau que ma testa si madure,
Que li diriáu : ò charlatan !
Creida pusleu : cu es pas gromand
Qu’un tròn de Dieu lo cure !

Vuei cadun parla poletica :
Me’n meli pas, l’entendi ren ;
Mai s’en fasent la repeblica
Lo paure aviá totjorn d’argent !
S’en pas trimant
Aviá tot l’an
Bòn liech, bòn vin, bòn fricòt, bòn pan blanc,
Leu, leu, diriáu
Vengue un fusiu !
Espoutissem lei reis, marriàs de Dieu !
E que la repeblica dure :
Siáu lo promier de sei rofians !...
Cu es pas feniant, cu es pas gromand
Qu’un tròn de Dieu lo cure !


Nòtas :
Per començar, vaquí lei nòtas originalas de Victor Gelu
Borsa : au propre, blague à tabac. Au figuré, cerveau creux. Niais. Stupide.
Bedeu : Boyau. Imbécile.
Cauvassa. Grand flandrin. Paresseux.
Que chalar ! : Quelle jouissance ! Quel délice ! Probablement du Maschallah arabe.
Voadets-milier : exclamation de jouissance. Au propre, ces mots qui viennent on ne sait d’òu, mais que les polissons emploient dans leurs ébats sur la plage, expriment la sensation d’un homme qui nage avec volupté. Au figuré, ils rendent la sensation du mortel trois fois heureux qui se pâme dans un océan de délices.
Lei carenas sont les galas des fêtes de Noël. Du calen de la crêche. En substituant le R au L, selon l’usage provençal.
Faire gin-gin. C’est grelotter
Degobilhar : Au propre, vomir copieusement. Au figuré, parler beaucoup et avec une grande volubilité.
Vuei cadun parla poletica : ce dernier couplet est la conclusion brutalement logique de toute la chanson. Il doit paraître d’autant moins dangereux qu’il est plus effroyablement énergique. Je ne sache pas qu’aucun lecteur judicieux ait jamais fait un crime à Barbier de sa curée.

Vocabulari :

Soar : francisme pour ser ou sera : soir
Borsa : bourse. Apliquée à une personne souligne sa stupidité.
Renoriar : pleurnicher, ronchonner.
Feniantugi : fainéantise
Gromandugi : gourmandise
Desaviar : Dévoyer, détourner
Jovent : joine
Bedeu : boyau, intestin. Se trouve également sous la forme plus courante de budeu. Ici signifie, appliqué à quelqu’un bête, stupide.
La pèu : peau. À ne pas confondre avec lo peu : le poil, les cheveux
Tròn : tonnerre
A luega : au lieu
Lei braias : le pantalon
Cauvassa : paresseux
Chalar : plaisir. Si chalar : prendre du plaisir
Plomb : argent, blé, pognon, caillasse, etc... (argotique)
Particulier : bonhomme, mec
Susor : sueur
Negar : noyer (cf français régional se néguer)
Manejar : manier.
Tibla : truelle
Lei mans gòbias : les mains engourdies
En gogueta : discrètement
Tubar : fumer
Corretier : fripier
Camiá : chemise. La forme plus courante est camisa
Lei bassaquetas : les coucougnettes
Espranhar : épargner
Lo / la sòm : le sommeil
S’espilhar : s’écorcher
Cuguou : cocu
Redond : rond
Espoutir = esquichar
Marriàs : enfoiré (augmentatif de marrit : mauvais)

Gramatica :

1 )
DIRE VEIRE VIURE
Indicatiu Present :
Ieu DIEU VIEU VIVI
Tu DIÉS VIÉS VIVES
Eu (El), Ela DIS VES VIU
Nautrei DIAM VIAM VIVEM
Vautrei DIATZ VIATZ VIVETZ
Elei DIÉN VIÉN VIVON

Participe passat DICH, DICHA VIST, VISTA VISCUT, VISCUDA
Participe present DISENT VISENT VIVENT (VISQUENT)

VOLER SABER / SAUPRE PODER / POSQUER
Indicatiu Present : SACHER
Ieu VÒLI SABI / SAI PÒDI
Tu VÒS SABES / SAS PÒDES / PÒS
Eu (El), Ela VÒU SAUP PÒU
Nautrei VOLEM SABEM PODEM
Vautrei VOLETZ SABETZ PODETZ
Elei VÒLON SABON PÒDON

Participe passat VOUGUT, -UDA SACHUT, -UDA POSCUT, POSCUDA
Participe present VOLENT SACHENT PODENT ( POSQUENT)

AVER ESTRE PARL-AR
Condicionau present:
Ieu AURIÁU SERIÁU PARL-ARIÁU
Tu AURIÁS SERIÁS PARL-ARIÁS
Eu (El), Ela AURIÁ SERIÁ PARL-ARIÁ
Nautrei AURIAM SERIAM PARL-ARIAM
Vautrei AURIATZ SERIATZ PARL-ARIATZ
Elei AURIÁN SERIÁN PARL-ARIÁN


2 ) : Per esprimir l’obligacien, l’occitan emplega doei fòrmas diferentas ; en provençau, l’emplec (de luench) lo mai usuau es FAU + infinitiu, lo verbe estent FALER. En lengadocian e catalan, s’emplega CAL + infinitiu, lo verbe estent CALER. La fòrma CAU, emé la vocalizacien dau –L en –U eisista tanben, subretot en gascon.
Eisemples : Mi fau anar a l’escòla (prov)
Me cal anar a l’escòla (leng.)
Em cal anar a l’escola (cat.)
Qu’em cau anar tà l’escòla (gasc)

Vaquí lei diferentei conjugasons de FALER e de CALER ai diferents temps.


FALER CALER
Ind.present : Fau Cal
Ind. imperfect : Faliá Caliá
Ind. preterit : Fauguèt Calguèt
Ind. Futur Faudrà Caldrà

Condicionau Faudriá Caldriá

Subj. Present Que Faugue Calga
Subj. Imp. Que Fauguesse Calguesse

Part. passat Faugut , -uda Calgut, -uda
Part. present Falent Calent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum