OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Arguments còntra lei lengas: caricaturas, messòrgas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Barbet


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Onze arguments contre les langues régionales : entre caricature et mensonges

http://www.eurominority.eu/version/fra/reports-detail.asp?id_actualite=1331

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Article fòrça interessant ! (lo site tamben...)
Vaqui un ligam de mai : un vejaire dins de Geneva
http://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2008/06/28/langues-regionales.html
L'aricle e los comentaris son de legir, emai i aguesse d'aproximacions. De tot biais, un Sois sera sempre mai inteligent qu'un parisenc sus aquel sicut.

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Article paregut uèi. Se bolegan los bretons !
Ligam :
http://www.rue89.com/2008/07/01/langues-regionales-le-bac-philo-contredit-l-academie-francaise

Langues régionales: le bac philo contredit l’Académie française

Par Yann Syz | Adjoint au maire de Lorient | 01/07/2008 | 09H34

"La perception peut-elle s’éduquer?" C’était l’un des sujets du bac philo en filière L, lundi 16 juin. Plusieurs médias ont interviewé des professeurs pour proposer des pistes de corrigés à chaud. Plusieurs ont rappelé la dimension éminemment culturelle de la perception, en rappelant que la perception des couleurs, loin d’être uniforme, dépend de la langue dans laquelle on est éduqué.
Sens et culture sont donc liés, et l’illustration citée fait de ce sujet du bac un élément de réflexion à l’heure où l’on parle de plus en plus de la place des langues dans le patrimoine (mondial de l’Unesco, Constitution française….). Chaque langue est le produit et le producteur d’une conception et d’une perception du monde, la diversité des langues sur un territoire ou dans la culture d’un individu est une richesse intellectuelle.
Hasard malencontreux, c’est le même jour que l’Académie française a choisi pour diffuser un communiqué par lequel elle s’oppose à l’inscription des langues régionales dans l’article 1 de la Constitution. Elle demande "le retrait de ce texte dont les excellentes intentions peuvent et doivent s’exprimer ailleurs, mais qui n’a pas sa place dans la Constitution".
Ainsi les hérauts de la défense de la place d’une langue dans le monde sont-ils prêts, pour servir leurs projets, à nier la place d’autres langues, celles-là même qui ont contribué à forger leur cher vocabulaire.
Nous serions curieux de voir comment les académiciens auraient traité le sujet du bac! Auraient-ils écrits que le multilinguisme enrichi notre perception, et que les langues régionales peuvent utilement y contribuer?
Dès lors se seraient-ils étonnés de voir les services de l’Education nationale (tiens, là aussi on dit académie…) s’ingénier à freiner le développement de l’enseignement bilingue?

Confusion et mauvaise volonté

Sur ce point, l’attitude de l’inspection du Morbihan est révélatrice. 920 élèves scolarisés en classes bilingues publiques en septembre 2006 (auquel il faudrait ajouter, pour une vision d’ensemble, les filières catholiques et Diwan). Rentrée 2007: toujours 920 élèves, malgré une demande en augmentation. Cette stabilité s’explique par la non-ouverture, entre autres, du site de Ploeren.
Rentrée 2008, Ploeren ouvre enfin. Et les services de l’Etat mettent cette ouverture en avant pour illustrer une avancée alors que ce n’est qu’un rattrapage. Pour septembre, l’Education nationale fait état d’une prévision de progression globale de 121 élèves (+13,15%). En face, on trouve la création de trois postes d’enseignants, soit un pour 40,3 élèves. Ce ratio curieux s’explique par un chiffre: l’une des écoles concernées (Merville Lorient) verrait ses effectifs passer de 26 à 51 élèves, avec le seul enseignant déjà en poste. Un prof pour 51 élèves, un drôle de pastis dont se sont inquiétés les quatre groupes de la majorité municipale (PS, PC, Verts, UDB) de Lorient (lire leur courrier).
La confusion et la mauvaise volonté qui règnent dans les académies au sujet des langues régionales n’est pas un problème de perception: c’est l’un des signes que nos institutions ne sont pas adaptées à la demande sociale et aux projets des élus locaux du suffrage universel en Bretagne. Autonomie régionale et droit à l’expérimentation sont plus que jamais d’actualité.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum