OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

« L'occitan prend un coup de jeune »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Cerièra de Mai


Trobador !!
Trobador !!
L'occitan prend un coup de jeune

Entre les politiques publiques et le réseau associatif, l'occitan se fait de plus en plus présent dans le sud de la France. Un regain d'intérêt pour la langue et la culture régionale qui touche toutes les générations,
même les plus jeunes.
De «bouléguer» à «cagade», de «craque» à «décaniller», en passant par la fameuse injonction «boudu !», nombreuses sont les expressions du Sud-Ouest qui tirent leur origine de l'occitan, langue régionale
d'origine romane parlée aujourd'hui par des milliers de personnes. Et contrairement aux idées reçues, la langue d'Oc n'est plus l'apanage des anciennes générations. «C'est une culture patrimoniale, mais surtout une culture d'avenir, vivante, ouverte sur le monde», explique Guy David, chargé de mission pour la culture occitane au conseil général de Haute-Garonne. Exit donc, l'image d'une langue tournée sur le passé, repliée sur elle-même. Si effectivement, l'occitan est en danger, «le travail de qualité qui est mené aujourd'hui parviendra à le faire vivre», souligne Guy David. Et de fait, outre son soutien financier au festival Occitania et aux Calandretas, ces écoles associatives gratuites qui immergent les élèves dans la langue et la culture occitane, le conseil général de Haute-Garonne «a engagé 2 millions
d'euros pour la création de l'Ostal d'Occitania à Toulouse», le siège de la Convergencia Occitania, fédération d'une soixantaine d'associations qui œuvrent pour l'occitan. Une action qui s'ajoute à
celles menées par la Région pour la valorisation de la langue et de la culture occitane, dans des domaines aussi variés que les médias, l'enseignement ou la diffusion artistique.
La langue d'Oc fait ainsi de plus en plus d'adeptes. Aujourd'hui, «on mesure la richesse patrimoniale [de l'occitan] , on réfléchit à son intérêt. Le milieu associatif est très solide et très consistant», souligne Joëlle Ginestet, maître de conférence à l'université Toulouse Le Mirail et directrice de la section linguistique occitane. Selon elle, il ne s'agit pas véritablement d'un retour de l'occitan, car la production, littéraire notamment, a toujours été vivace. Ce qui est nouveau, c'est le regain d'intérêt des plus jeunes générations. Si ses étudiants ne sont pas forcément plus nombreux que par le passé, «ils sont plus formés, et désirent parfaire la langue, s'ouvrir à la culture».
Mais l'apprentissage de l'occitan ne s'adresse pas qu'aux étudiants.
Ainsi, le Centre de formacion professionala Occitan (CFPO) de Midi-Pyrénées s'est spécialisé dans l'enseignement du gascon et du languedocien aux adultes. Cours du soir et stages intensifs sont
toujours plus prisés, notamment par les entreprises qui veulent former leur personnel.

Calandretas : « Les enfants baignent dans l'occitan »

Frédérique Sausset, ligaira (coordinatrice) de la fédération des Calandretas de Midi-Pyrénées.
Comment fonctionnent vos écoles ?
La méthode utilisée est celle dite de «l'immersion», c'est à dire que l'intégralité de l'enseignement se fait en occitan, des mathématiques à l'histoire-géographie en passant par les sciences. Les enfants baignent dans l'occitan, qui est la langue d'étude et de la vie à l'école.
Qu'en est-il alors de l'apprentissage du français ?
A partir de l'école primaire, l'enseignement du français devient un temps spécifique, comme on apprend une langue vivante. L'accent est mis sur les passerelles entre les deux langues, si bien que l'occitan
devient un point d'appui pour la maîtrise du français, en aidant les élèves sur certaines notions difficiles à intégrer. A l'entrée en 6e, les examens organisés par l'Education Nationale ont montré que nos
élèves ont un niveau de français tout à fait satisfaisant. Le bilinguisme n'est pas un handicap.
Quels sont les avantages d'un tel cursus ?
Selon les psycholinguistes, un travail axé sur les passerelles entre les deux langues favorise les capacités d'abstraction. La méthode d'immersion est donc intéressante même pour les mathématiques, car cela impose une gymnastique intellectuelle.

Le bilinguisme, une ouverture culturelle

«La section français-occitan, c'est très bien. La langue régionale fait partie de notre patrimoine et permet de le redécouvrir».
Emmanuelle, mère d'une petite Clara, ne regrette pas d'avoir inscrit sa fille dans le cursus bilingue de l'école Bayard Matabiau. Elle-même a présenté une option occitan au baccalauréat, mais ne le parle pas
couramment, et n'envisageait pas nécessairement un enseignement de la langue d'Oc pour sa fille. «C'est lorsque l'école a proposé la section bilingue français-occitan que nous nous sommes posé la question. Finalement, c'est un moyen de découvrir une autre culture, de s'ouvrir à des choses différentes», explique t-elle.
La jeune Clara semble également ravie de suivre cet enseignement :
«J'aime beaucoup l'occitan, et cela ne me pose pas de difficultés particulières. On fait des choses très différentes, comme des chansons et des mathématiques. Bien sûr, on apprend à parler deux langues, mais l'occitan nous aide aussi pour les cours de français». Et la fillette ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. «Je vais continuer à parler l'occitan, et à l'étudier en sortant de cette école», assure t-elle.
«Les parents choisissent d'inscrire leurs enfants dans la section bilingue parce que cela permet une ouverture culturelle», explique le directeur de l'école, Daniel Pirat. Son établissement a été le premier
sur Toulouse à offrir l'enseignement bilingue français-occitan. A la rentrée 2006, ce cursus, qui dispense 12h de cours par semaine en français et 12h dans la langue régionale, a été proposé en moyenne
section de maternelle, avant de s'étendre année après année jusqu'en classe de CM1. «L'idée, c'est que cela se poursuive jusqu'au collège», souligne Daniel Pirat. «Ce cursus suit les programmes officiels
français, ce n'est donc pas en concurrence avec les classes «standard».
Ce n'est pas non plus une section élitiste, c'est ouvert à tous». A la rentrée 2010, environ 43 enfants en école maternelle et 45 en école primaire suivront la section bilingue de l'école.
http://www.ladepeche.fr/article/2010/07/09/871085-L-occitan-prend-un-coup-de-jeune.html

09/07/2010

Un bon article de la Depêche, aquò se nòta !!

joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
en fintant lo titol dirai "L'occitan prend un coup dans le cul"

(capel d'article) Grace a ses défenseurs, l'occitan se retrouve encore avec un titre pitoyable dans la dépeche (journal lu par les défenseurs de l'oc histoire de verifier si on se souvient d'eux)............. a qui la faute....

Réponse en page 2 (anem amb una reaccion atau, traparai miegjan d'aver una pagina 2 non ?)

http://www.myspace.com/joan_cavalier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum