OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Pau, Dijaus lo 10 de junh de 2010 a 17h30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

admin


Trobador !!
Trobador !!
Cars amics,
chers amis


decision de ger ser : que v'atenem numerós
décision de hier soir : nous vous attendons nombreux


CRIDA ENTA LA LENGA APPEL POUR LA LANGUE

http://crida.oc.free.fr/


http://crida-oc.blogspot.com/




Dijaus lo 10 de junh de 2010 a 17h30 per davant la Mairia de Pau

Jeudi 10 Juin 2010 à 17h30 devant la Mairie de Pau
La [size=12]CRIDA

que s'interròga suu chic d'avançadas en mestior de politica
lingüistica.
La CRIDA s’interroge sur le peu d’avancées en matière de politique linguistique.
La comuna de Pau que preved de cambiar la soa senhaletica direccionau.
La Municipalité paloise prévoit de changer sa signalétique directionnelle.
Ua senhaletica bilingua qu'ei lo parat de plantar hicas per entinoar ua politica linguistica.
Une signalétique bilingue est un des jalons pour commencer de lancer une politique linguistique.
Que pausaram la question perdavant la Mairia de Pau au parat deu Conselh Municipau, e que demandaram que sia
hicat a l'ordi deu dia lo subjècte.
Nous poserons la question devant la Mairie de Pau à l’occasion de la tenue du Conseil Municipal, et demanderons que le sujet soit mis à l’ordre du jour.
Per memòria lo tèxte manifèste de 2005 actualizat a 2010
Pour mémoire suit le texte manifeste de 2005, actualisé à 2010.




CRIDA ENTA LA LENGA
APPEL POUR LA LANGUE


Depuis plus de trente cinq ans, ici, des centaines de personnes, rassemblées dans des associations, ont participé, malgré les préjugés etles entraves, à la création, à la vie quotidienne et à l’ancrage dans une société moderne et tolérante des outils indispensables à la dignité et à l’expression de la culture occitane :

Dans l’enseignement : Calandretas, classes bilingues, enseignants itinérants, cours à l’Université, formation de nouveaux enseignants ;

Dans les médias : radios, revues pour adultes et enfants, hebdomadaires d’information ;

Dans la musique, le chant, la danse et les arts plastiques : professionnalisation, cursus d’enseignement, studios d’enregistrement, créations de spectacles musicaux et chorégraphiques, événements festifs ;

Dans la collecte des trésors du patrimoine oral et de la mémoire et la restitution des traditions populaires ;

Dans l’édition : collections de livres et disques, ouvrages et revues tant sur le
plan de la recherche et de la création que de la vulgarisation ;

Tout ceci représente une activité économique importante, créatrice d’emplois.


Nous affirmons :

Que le combat pour la diversité culturelle et linguistique est universel ;

Que, tous les linguistes le disent, toutes les langues sont de valeur égale, comme systèmes de communication entre les hommes, comme supports de création culturelle, comme vecteurs de pensée et de représentation du monde ;

Que le Béarn et le Bas-Adour font partie d’un ensemble de régions qui possèdent en commun l’Occitan (que l’on appelle aussi Langue d’Oc) ;

Qu’il appartient à chacun d’entre nous de transmettre ou de créer les conditions de la transmission de cet héritage.
Il ne s’agit pas de transmettre un patrimoine inerte mais une langue et une culture vivantes, facteurs de développement intellectuel universel en la matière.

Il concerne cinq domaines :

- L’enseignement ;
- La langue dans la vie publique ;
- La création culturelle ;
- La diffusion de la langue dans les médias ;
- L’information sur la langue et la culture occitanes ;


Une telle politique ne sera efficace que si la question de la langue est un thème transversal, pris en compte dans tous les domaines de l’action publique.

Ce plan repose sur des mesures concrètes :

I. En ce qui concerne, en premier lieu, l’enseignement :

En interdisant l’occitan, l’école de la République a largement participé à son déclin. Cependant, depuis la loi « Deixonne » de 1951, différentes circulaires ont engagé un début de reconnaissance des langues de France. Pour autant cela est notoirement insuffisant, surtout en ce qui concerne l’occitan. L’enseignement de et en occitan est aujourd’hui dans une impasse voire face à de graves menaces.

En conséquence, nous proposons la réalisation des actions suivantes :

Comme prévu dans les textes officiels : signature de conventions pluriannuelles entre l’Education Nationale, les collectivités territoriales et le milieu associatif qui engageront les signataires sur des objectifs précis ;

Publication d’un document distribué à toutes les familles expliquantl’engagement des institutions, l’intérêt de l’étude de l’occitan et de la pratique du bilinguisme et l’organisation de cet enseignement ; une attention particulière sera apportée à la petite enfance et à l’information des nouveaux parents ;

Dès l’école maternelle, information et sensibilisation pour tous à la langue et la culture occitanes afin qu’elle ne soit plus considérée comme une simple option mais comme une chance pour nos jeunes ;

Possibilité pour tous les élèves du primaire et du secondaire de poursuite ou s’intégrer dans des filières bilingues à tous les niveaux ce qui implique [size=9]la création annuelle d’au moins dix sites nouveaux d’enseignement bilingue ou par immersion dans les écoles et les collèges ;

Création à Pau d’une formation officielle au CAPES d’occitan ;

Aide au développement des cours et formations pour adultes.

II. En deuxième lieu, en ce qui concerne la langue dans la vie publique :

La langue occitane doit être visible et redevenir un vecteur de communication public. Cela passe aujourd’hui par l’écrit, par la présence de l’écrit occitan dans la vie quotidienne.

La signalisation routière, directionnelle est le moyen le plus immédiat. Comme dans la zone basque du département, une signalisation bilingue systématique doit être mise en œuvre très rapidement. Le département, les villes, les communautés de communes et les villages doivent être des moteurs dans cette mise en place, comme certains le font déjà, grâce à un support technique et une politique incitative.

Les collectivités territoriales doivent utiliser l’occitan pour communiquer.

Enfin, la langue doit être utilisée comme vecteur de promotion touristique.Notre culture et notre langue constituent une marque d’identité très forte qui est un des principaux atouts de notre région.

III. En troisième lieu, en ce qui concerne la création culturelle :

Les créateurs existent dans tous les domaines de la culture, inscrivant leur action dans le développement universel actuel.

Il s’agit d’aider la professionnalisation dans la musique, le théâtre, la danse, les arts plastiques ;

De mettre en place d’une politique annuelle de commande en direction des artistes dans chaque secteur ;

D’organiser, de promouvoir et de soutenir des lieux d’expositions, de festivals de musique, de danse, de théâtre ;

D’intégrer une programmation occitane de création dans les manifestations culturelles dans le département.

Nous voulons aussi rappeler que la langue occitane possède une histoire millénaire. Sa littérature a produit des chefs d’œuvre depuis le XIIème siècle jusqu’à nos jours, en passant par le prix Nobel, il y a tout juste 100 ans, de Frédéric Mistral.

La production littéraire est variée et innovante. Néanmoins les maisons d’édition occitanes sont trop peu nombreuses et, surtout, le statut associatif de la plupart d’entre elles les fragilise. Il faut améliorer sérieusement et durablement l’offre de livres en occitan pour tous les publics.
Il s’agit, tout d’abord, d’accompagner durablement la structuration d’un pôle professionnel agissant dans la filière du livre, en aidant les auteurs et les éditeurs.

Il s’agit, également, de soutenir les diffuseurs qui souhaitent distribuer ces ouvrages,notamment en aidant les libraires de droit privé et les bibliothèques médiathèques publiques à constituer un fonds d’ouvrages d’expression occitane qui couvrent l’ensemble des champs de la création « écrite ».

Il s’agit, enfin, d’accompagner les lecteurs potentiels par une information sérieuse et ciblée.Ce qui améliorera notablement la diffusion effective du livre occitan auprès d’un plus grand et large public. A cet égard un effort particulier est à accomplir en direction du jeune public en menant, de manière suivie et systématique, des actions de sensibilisation des enfants - et des enseignants - à la richesse de la littérature occitane.

IV. En quatrième lieu, la diffusion de la langue dans les médias :

Le secteur associatif pallie l’absence de travail du service public dans le domaine de l’occitan. Il doit être aidé comme un service public de fait. Mais le service public de l’audiovisuel doit être sollicité de façon plus ferme en ce domaine. Faut-il rappeler que l’occitan, contrairement au basque ou au catalan, ne dispose pas hors des frontières de chaîne de télévision et de radio publiques permettant de pallier l’absence de médias audiovisuels de langue occitane sur le territoire français ?

Dans un premier temps, une aide exceptionnelle doit être apportée pour consolider ce qui existe, notamment Ràdio País.
Consolidation sur le plan matériel et sur le plan du personnel.

Un projet de formation dans le domaine de l’audiovisuel occitan peut, en outre, être monté en Béarn. Le potentiel professionnel existe pour assurer la formation.
Les partenaires en seraient, notamment, l’Université, le milieu associatif et les divers médias qui travaillent intégralement ou pour partie en occitan. Là aussi, la Région Aquitaine peut jouer un rôle ainsi que d’autres régions de langue occitane. Le service public de radio et de télévision serait associé à ce projet dont il serait l’un des bénéficiaires. L’objectif à atteindre, le plus rapidement possible, est d’assurer une présence quotidienne importante de l’occitan à la télévision et à la radio, avant, à moyen terme, de parvenir à un équilibre avec le français.
La presse écrite doit aussi être concernée.Des moyens d’encouragement à l’utilisation de la langue doivent être mis en place. Aucune politique linguistique ne peut passer à côté d’une politique d’aide spécifique aux médias qui utilisent la langue concernée. En ce domaine, des collaborations sont possibles avec des départements voisins et d’autres collectivités (Région Aquitaine et Région Midi-Pyrénées).

V. En cinquième lieu, l’information sur la langue et la culture occitanes :

L’occitan fut langue administrative en Béarn pendant plusieurs siècles,il offre des perspectives d’avenir. Chacun dans notre département doit pouvoir être conscient de cette richesse.

La création d’un service de politique linguistique pour le Département des Pyrénées Atlantiques, la ville, l'agglomération de Pau et l'ensemble des collectivités, donneront à ceux qui travaillent dans le domaine de la langue un interlocuteur compétentqui fera le lien entre le monde associatif, les professionnels et les élus. Ce service doit être supervisé par un groupe d’élus référents. Il doit être un service capable d’être consulté à propos de l’ensemble des affaires traitées par les collectivités.

Il convient d'être en capacité de rapidement éditer et diffuser à l’ensemble de la population un document simple sur la langue et la culture occitanes, aux fins de faire connaître la langue, son histoire, sa réalité d’aujourd’hui,ainsi que les œuvres littéraires, musicales et artistiques qu’elle a produites et qu’elle continue de produire et la replacer dans le monde des langues latines en soulignant son rôle dans la défense de la diversité culturelle.

Toutes ces actions sont possibles et indispensables. Il faut agir maintenant, parce qu’il est encore temps.

Manifèste La Crida de 2005 (actualizacion 2010)


_________________
Tant d'annadas aviái somiat
Al mòble en kit crompat a But !
Mas en lo montant l'ai petat !
Ai, Cocut !

Pau DELERMÀS-FIGORNIÈR
http://omidelafotografia.wordpress.com/

Danís


Adjudant
Pfff, quo es un dijòus...

admin


Trobador !!
Trobador !!
Ben, òc...


_________________
Tant d'annadas aviái somiat
Al mòble en kit crompat a But !
Mas en lo montant l'ai petat !
Ai, Cocut !

Pau DELERMÀS-FIGORNIÈR
http://omidelafotografia.wordpress.com/

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
Un dijaus per'mor que's debana pendent lo conselh municipau. La tòca qu'ei d'interpelar los conselhèrs de Pau sus la question abans l'amassada.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum