OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Lo beu parlat mondin es mòrt Godolin te cal tornar

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
Rappel du premier message :

Per los que se regaudisson d'un metro en "vertadier patois toulousain" compreniau pas plan ço qu'era le "patois toulousain" e ara merces a la depeche ai tot compres...........

et c'est vrrrrrrrrrrrrrrrrai que l'atsin du métrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrò e impecaple

Le parler toulousains se perd

Patrimoine






OAS_AD("Position1");

Irons-nous toujours à Garonne ?


Qu’est-ce qui tombe à Toulouse en automne, qui commence par un f et
qui finit par un n ? La devinette est connue de tout l’Hexagone tant
est grande la réputation du parler toulousain. Mais ce langage aux
saveurs occitanes s’éteint tout doucement à mesure que la ville évolue.
« Ce qui m’a le plus frappé en arrivant à Toulouse ? Le vent
d’autan. Et puis cette façon de parler extraordinaire », se rappelle ce
retraité breton débarqué dans la Ville rose à la fin des années 50. «
D’une jolie fille, on disait dans le faubourg Bonnefoy qu’elle était
belle à faire sortir un fainéant de l’ombre ! » Et d’évoquer ces
brochettes d’aînés, adossés à leurs maisons sur un tabouret à deux
pattes.
C’est qu’à Toulouse, le français s’est toujours chanté sur un autre
air qu’à Paris, mais aussi qu’à Marseille. Le français officiel est
venu se greffer ici sur l’occitan, la langue d’origine du sud de la
France. Mais l’occitan possède lui-même, selon ses spécialistes, sa
ligne de démarcation, l’Hérault, qui sépare, tel un seuil, le
provençal, tout imprégné de douceur italienne, et le toulousain,
influencé par la rude Espagne.
Le français frappa aux portes de Toulouse au XVIe siècle. Il était
alors parlé dans le domaine des lettres, de la loi et du commerce,
avant même que l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 n’en fasse la
seule langue officielle du pays. Dès 1513, les Jeux floraux, théâtre
naguère de grandes joutes poétiques en langue d’oc, consacrent des
pièces de langue et de forme françaises qui donnent au poète Ronsard
l’occasion de briller.
Pendant plus de quatre cents ans, le français et l’occitan ont
coexisté et se sont enrichis mutuellement. C’est tout naturellement
l’occitan qui a donné toutes ses particularités au français parlé dans
les quartiers populaires de Toulouse, à son rythme, à son accent, à sa
syntaxe, à son vocabulaire quotidien. Ces affleurements si
caractéristiques prennent en linguistique le nom de « substrats » et de
« calques ».
Une syntaxe chahutée


Le parler d’ici, c’est d’abord un accent, ce fameux « r », parfois
roulé à la campagne, comme si la voix charriait tous les galets de (la)
Garonne, ou plus rocailleux, presque ibérique. Et ces voyelles qui
s’ouvrent comme des fleurs au soleil. Le « lé » (lait) y semble plus
crémeux et la « rose » plus épanouie qu’ailleurs. Le sud change
d’orientation et devient « sut », la table se voit nappée d’un « p » («
A taple, les pitchous ! ») et le gaz vissé par un « s », qui siffle
aussi à la queue des « gens », des « plus » et des « moins » (pardon, «
mouans »). Le « t » final y est prononcé, du côté de Muret, ou dans ce
« croustet » de pain que l’on grignote « avé plaisir » aux abords des
marchés.
Les « e » y sont robustes à l’intérieur et à la fin des mots, et les
nasales doubles bien distinguées. « Anne » ne se prononce surtout par «
ane » à la parisienne, du fait de son homonymie avec « âne » que le
Toulousain prive allégrement de son circonflexe – « Vous avez appelé
votre petite fille Anne, comme un ane ? ». « Anne », tout comme « année
» se disent donc « An-ne » et « an-née ».
Les phrases sont aussi joyeusement chahutées dans leur syntaxe. À
Toulouse, les articles passent souvent à la trappe. Entendu du côté de
Saint-Cyprien : « Dans demi-heure, nous irons à Garonne ». Ou bien, ils
sont utilisés à la place du possessif : « Et la belle-fille, comment
elle va ? ». Certains verbes sont employés de façon transitive. Qui ne
se souvient pas du succès de « Tomber la chemise » du groupe Zebda,
resté en tête des hit-parades pendant des mois ?
Les exubérants courants espagnols mettent à mal les rigoureuses
tournures françaises. « Il me l’a dit à moi » « Ils se la méritaient,
cette finale », « Il la bichonnait à cette bête », sont des
constructions typiquement ibériques. L’usage de la conjonction « que »
pour marquer une explication est aussi héritée de nos voisins espagnols
: « Viens ici, que je te mouche ».
Quant à l’usage du « con », il mériterait un traité à lui tout seul.
Le « con » toulousain est parfaitement inoffensif. Il est à prendre
tout au plus pour une virgule sympathique, une manière vigoureuse de
ponctuer le propos, à moins qu’il ne soit précédé d’un « pauvre ». Ce
qui en change alors totalement le sens…
Poches de résistance


Il faudrait un ou plusieurs dictionnaires pour dresser un inventaire
exhaustif du vocabulaire toulousain. Les mots de la Ville rose sont
riches et savoureux. Ils ont ce fumet de plat amoureusement mitonné à
la manière d’un « estoufet de haricots » (alias « cassoulet »).
Certains mots languedociens francisés n’ont pas trouvé d’équivalent
français, comme le « gafet » (commis, apprenti), ou la « glousse »
(poule-couveuse). Le monde de l’agriculture, de l’outillage, et de la
cuisine est bien souvent imprégné d’emprunts à la langue vernaculaire.
L’ « estranger », apostrophé par un typique « quelqu’un plus ? » ne
reste jamais sur sa faim quand on lui sert des « coustelous », un « bon
peu » de « cansalade » ou des lingots de pays qui ne doivent surtout
pas être « rabastinés » (trop cuits).
Le domaine du cœur n’est bien sûr pas épargné. La terminaison « ou »
concentre tout l’amour du monde. Les « pitchous » ont droit à des «
poutous » sur le « ventrou ». Tous les sentiments trouvent un lointain
écho occitan. Surprise ? Quez aco ? Fatalisme ? Raï ! Colère ? Macarel
! Dégoût ? Bé ! Étonnement ? Eho !
Et puis, il y a ces mots qui rendent le Toulousain repérable à mille
lieues à la ronde : cette « poche » qu’il a tant de mal à recycler en
sac plastique, et cette « chocolatine », décidément plus appétissante
que le pain au chocolat de la capitale.
Jusqu’à quand vont pouvoir résister ces fameuses poches, justement ?
Certes l’occitan est étudié à l’université. Il a droit de cité sur les
antennes régionales et dans bon nombre de publications. Il figure sur
les plaques de rues. Il prend même le métro, où les noms des stations
sont annoncés dans les deux langues, suscitant parfois d’irrépressibles
fous rires.
Mais le parler toulousain ? Déjà, dans les années 50, les linguistes
prédisaient l’effacement des substrats occitans au bénéfice des normes
d’un français plus officiel. S’impose peu à peu partout en France une
langue standard diffusée par la radio et la télévision. La phrase y
perd toute ligne mélodique. Les mots y sont scandés selon leur valeur
informative ou leur charge émotionnelle.
Un nivellement inévitable


Bon nombre d’expressions qui faisaient le charme du parler local ont
pratiquement disparu. Il faut les débusquer à la lisière des marchés où
on peut encore entendre quelques « raï» ou « macarel ». « Finalement,
qui parle vraiment toulousain, aujourd’hui ? Quelques aînés, entre deux
courses, ou au foyer de leur quartier », constate cette commerçante de
Saint-Cyprien. La mort des petits commerces de quartier où il faisait
bon faire un brin de causette a encore accéléré le processus. Car pour
parler toulousain, il faut déjà qu’existe un espace de convivialité
propice à l’échange et où l’on se reconnaît entre « pairs ».
La lente extinction du parler local s’explique aussi par le
formidable brassage de la population généré par l’industrialisation de
la région. La présence de néo-Toulousains venant de toute la France
contribue à la disparition progressive des reliefs trop accidentés de
la langue du Midi. Tout se parle, d’ailleurs, à Toulouse : l’anglais et
l’allemand, voire le japonais, s’invitent au marché de Tournefeuille,
des accents arabes et africains résonnent parmi les étals du quartier
de la Faourette. Et l’Espagne pointe toujours sa corne du côté de
Saint-Cyprien et de Victor Hugo.
Le français se constitue et se reconstitue au gré des courants qui
traversent une communauté. C’est une langue qui se nourrit, s’enrichit,
se transforme, à la manière d’un organisme.
«L’histoire du français est celle d’une évolution constante. On ne
parlait pas au début du XXe siècle comme du temps de Ronsard ! On ne
peut donc pas imaginer que les Toulousains du XXI e siècle parleront
comme leurs grands-pères », analyse ce professeur de lettres classiques
de la banlieue toulousaine. Cette mutation est déjà observable dans la
manière de parler des jeunes Toulousains. Ces derniers piochent
allégrement dans tous les registres et tous les niveaux de langue. Et
n’hésitent pas à marier les tournures ou le clavier mélodique de
l’occitan à la rugosité un peu rap de l’accent du français des
banlieues. Exemple typique de ce détonnant cocktail, le « Ça me gave
grave, con », qui sort fréquemment de la bouche des lycéens.
Ce français-là n’est certainement pas celui qu’ils parleront devant
un adulte ou quand ils se retrouveront sur le marché du travail. Il
signe cependant leur appartenance à une communauté et délimite leur
territoire, à quelques pas des enclaves préservées des boulodromes où «
ceuss» qui veulent jouer à la pétanque sont toujours les bienvenus. «
Chacun parle à sa manière. Pourvu qu’on se comprenne ! », conclut un
habitué du parc Fontaine Lestang avant de retourner à sa partie. Aussi
simple qu’une feuille qui tombe, en somme.

http://www.myspace.com/joan_cavalier

zo


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Lo prepaus èra mai que mai rapòrt als salaris del monde associatiu. En general, quand òm trabalha per una associacion occitana, i a mai que l'argent en question, o alavètz es de masoquisme.

Que de tafs pas emmerdants e que pagan mai, supausi que n'i a a bodre.Mas benlèu que m'engani.

Alh Òli


Occitan Warrior
Occitan Warrior
zo a écrit:Lo prepaus èra mai que mai rapòrt als salaris del monde associatiu. En general, quand òm trabalha per una associacion occitana, i a mai que l'argent en question, o alavètz es de masoquisme.

Que de tafs pas emmerdants e que pagan mai, supausi que n'i a a bodre.Mas benlèu que m'engani.


Gramarci per tei leiçons tant utilas, ò òme que veguèri jamai de ma vida e que veirai segurament jamai. T'aprepausi ara de reprèner ta plaça.

zo


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Alh Òli a écrit:
zo a écrit:Lo prepaus èra mai que mai rapòrt als salaris del monde associatiu. En general, quand òm trabalha per una associacion occitana, i a mai que l'argent en question, o alavètz es de masoquisme.

Que de tafs pas emmerdants e que pagan mai, supausi que n'i a a bodre.Mas benlèu que m'engani.


Gramarci per tei leiçons tant utilas, ò òme que veguèri jamai de ma vida e que veirai segurament jamai. T'aprepausi ara de reprèner ta plaça.

Pfiuuu ça vole haut . N'ai tant e mai a ton servici ... Sabes çò que se ditz a prepaus de "la vérité qui blesse".

Cerièra de Mai


Trobador !!
Trobador !!
Mmmmhhh, encara un topic alakon… Es un bonur aqueste forum de còps !
Anèm bona serada totis !!

zo


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Cerièra de Mai a écrit:Mmmmhhh, encara un topic alakon… Es un bonur aqueste forum de còps !
Anèm bona serada totis !!

Oèi as rason i soi anat un pauc fòrt , cresi qu'es temps de s'arrestar. Vau tornar a una activitat normala..

Einucent


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Lo trapave pas mau queu article. Entende pas.
Au demest d'un mitan privilegiat, pòde entendre 'na damanda de radicalitat, de conviccions.
Dins un jornau de la premsa regionala de l'exagòne, suèi mai indulgent. Legisse « occitan » en plaça de ren-que-siá de mai, jà me dise qu'an evoluit. Falia pas esperar beucòp, qu'es un subject per emplenir las colonas en esperar la nèvia. Eran pas oblijats

http://einucent.wordpress.com

Alh Òli


Occitan Warrior
Occitan Warrior
zo a écrit:
Alh Òli a écrit:
zo a écrit:Lo prepaus èra mai que mai rapòrt als salaris del monde associatiu. En general, quand òm trabalha per una associacion occitana, i a mai que l'argent en question, o alavètz es de masoquisme.

Que de tafs pas emmerdants e que pagan mai, supausi que n'i a a bodre.Mas benlèu que m'engani.


Gramarci per tei leiçons tant utilas, ò òme que veguèri jamai de ma vida e que veirai segurament jamai. T'aprepausi ara de reprèner ta plaça.

Pfiuuu ça vole haut . N'ai tant e mai a ton servici ... Sabes çò que se ditz a prepaus de "la vérité qui blesse".

C'est super intéressant de discuter avec toi, mais j'ose pas en rajouter, j ai peur d'abuser de ta mansuétude.

@ Einucent: as ben rason en tot, çaquela dispensa pas d'un pauc de rigor dins l'informacien donada...

joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
Non es normau pichon, demandar pas de rigor a la Despacha, es pas considerat coma un media occitan, doncas lo mielh es de passar la seuna energia de picar de las mans a cada còp que la paraula "occitan" es emplegada dins la premsa considerada coma françimanda o exagonala (quitament se es per faire una mena de "nos regions ont du talents, le beau patois de nos regions" a la mena Pernault) ......

Aprep va sabi pas benleu sem nosautres que nos enganam mas ta ieu aquel article "sent bon le cassoulet, le rugby et le putaing cong" (et demain nous parlerons de la Provence, un pays qui sent les cigales et ou on entend chanter la lavande)

http://www.myspace.com/joan_cavalier

Einucent


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Quora parlave d'exigènça, pensave pas tant aus media jà estiquetats « occitans » qu'aus braves boy-scouts e autres enfants de còr que s'engargalhan d'afars de lenga e de cultura. quò lo daisse a La Dépêche, justament, que siá portat a dau monde que tombarian pas dessur fòrça forçada. Amai fuguèsse d'un biais edulcorat per la debuta, suèi bien segur que quitament tu, te siès pas esta popat au Jack Daniels dins los 6 prumièrs mès.

Piquèi pas de las doas mans tampauc, quò me sembla 'nar dins lo bon sens aprèp los comentaris putrides que fasian i a d'enguerras… 7-8 ans (las placas de charrièra). Pertissèm de luènh e quò vau lo còp d'o far mainar. Totun sap quí que lo laudament angèlic de la mena « es occitan, es plan » ne'n suèi pas costumièr. Quò me fai pensar au felibrige de las annadas 30.

Vau èsser mai exigent de vers quilhs que se pretenden militants « per la causa » e que se denejan tota credibilitat en adoptar la desmarcha culturatista que bota pas en quetsion lo punt de vust de l'enemic : L'Estat Françès.

Dirai quitament que quela mena d'article pòt èsser 'na debuta per se descolonisar la testa mielh que pas de las chausas que venen de monde tròp d'a fons.

http://einucent.wordpress.com

Alh Òli


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Einucent a écrit:

Vau èsser mai exigent de vers quilhs que se pretenden militants « per la causa » e que se denejan tota credibilitat en adoptar la desmarcha culturatista que bota pas en quetsion lo punt de vust de l'enemic : L'Estat Françès.

N'avètz jamai pron d'aqueu genre de pausiciens conflictualas en permanencia?

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum