OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

bilanç de la tempesta dens las Lanas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

capbreton


Occitan Warrior
Occitan Warrior
http://www.sudouest.com/landes/actualite/article/770633/mil/5363072.html

FILIÈRE BOIS. Malgré les efforts de la filière, le volume de bois d'oeuvre stocké sera minime. Les chiffres


Le bois landais paie l'échec du plan tempête

Les
aires de stockage (ici celle de Commensacq) accueillent à ce jour 2,6
millions de m³ de rondins de pin maritime. (Photo Nicolas le lièvre)

Les nombreux camions sur les routes, la renaissance de la gare de marchandises de Labouheyre, ou encore l'activité retrouvée des ports de Bayonne et de Bordeaux sont le signe que les bois de la tempête s'exportent bien. Mais dans le massif, quelle est la situation exacte ? Les données de la Draaf (Direction régionale de l'agriculture, de l'alimentation et de la forêt), font état de 8,3 millions de m³ de bois exploités à la fin du mois de septembre, dont 1,4 million pour le dernier mois.« Comme le climat en octobre a été favorable aux travaux en forêt, explique Stéphane Latour, directeur de la Fiba (Fédération interprofessionnelle du bois d'Aquitaine), on doit en être à 9,5 ou 10 millions aujourd'hui. Ce qui devrait permettre d'arriver à 12, voire 12,5 millions d'ici à la fin de l'année. Et encore, ces chiffres ne tiennent pas compte des opérateurs étrangers, qui chargent
directement en forêt, puisque ces données ne peuvent être recensées. »
Peu de bois d'oeuvre sauvéMalheureusement, ces volumes sont loin d'être tous préservés du mauvais temps. À la fin du mois de septembre, il y avait à peine 2,6 millions de m³ de rondins stockés sous aspersion sur les aires spécialisées établies pour l'occasion. Du bois d'oeuvre de qualité qui pourra rester intact pendant quelques années en vue de son utilisation. D'ici fin 2010 on devrait atteindre les 3,5 à 4 millions de m³, mais ce sera tout. « Pour le bois de qualité, on ne pourra pas en préserver en 2010, précise M.
Latour, car à cette date, tout le bois sera bleu (atteint par les champignons) et donc inutilisable pour autre chose que du bois d'industrie (papier ou palette).« C'est un des grands échecs du plan tempête, s'indigne Tanguy Massart, le président de la Fiba. On a perdu trop de temps à cause des financements, qui n'ont commencé à se débloquer que depuis le mois d'octobre, alors que les subventions des premiers appels à projet ont été annoncées à la mi-juin. Cela à cause de l'État, qui n'a pas trouvé des procédures assez rapides pour gérer cette crise. On a tout centralisé à Paris, avec des arbitrages interministériels, qui ont fait perdre de la réactivité. L'État n'a pas voulu déléguer à la région, préférant régler des problèmes du XXIe siècle avec une gestion type XIXe. En attendant, les entreprises ne pouvaient pas prendre des risques financiers, et l'été sec et chaud a permis un fort développement des champignons sur les bois. »
Les problèmes du bois bleuCe bois bleu pose surtout un problème esthétique, mais il faudra voir comment le marché va accepter ce produit inhabituel. « En 1999, se souvient M. Massard, il avait fallu du temps pour démontrer que ce bois bleu n'avait pas subi d'altération mécanique. Aujourd'hui, nous n'avons pas le recul suffisant pour savoir quel volume pourra utiliser l'industrie. Si le sciage le refuse, il ne restera plus que la pâte à papier et le panneau. »Mais il ne faut pas oublier le bois d'emballage, qui bon an mal an concerne 50 % de l'activité des scieries. Si la consommation annuelle reste au même niveau qu'en 2008 (en baisse par rapport en 2007 à cause de la crise), ce ne serait pas loin de 3,5 millions de m³ utilisés.De leur côté, les exportations se dirigent vers un chiffre de 1,5 million de tonnes. Sur
12,5 millions de bois exploité cette année, si l'on retire le 1,5 million exporté et les 4 millions stockés, on arrive à un reliquat de 7 millions, soit la consommation annuelle dans le massif. Restera ensuite à voir si à partir de 2010 le bois, qui sera bleu, donc réservé à la trituration, pourra être lui aussi stocké sous aspersion, malgré sa faible valeur.En tout cas, ce volume de stockage sera historique, même s'il ne correspond pas aux objectifs définis dès février, permet tout de même à la filière de fonctionner. « 1 million de tonnes stocké, cela correspond à 3 000 emplois locaux préservés », estiment les industriels.Ce qui ne présage en rien de la remontée des cours pour les sylviculteurs. Mais c'est un autre problème.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum