OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L’INNOCENCE PERDUE DE L’OCCITANISME

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 4 sur 5]

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
Rappel du premier message :

L’INNOCENCE PERDUE DE L’OCCITANISME

Le 24 octobre aura lieu à Carcassonne une manifestation « nationale » revendiquant pour l’occitan le droit de cité que la République française lui a toujours refusé. Les mots d’ordre de cette manifestation me semblent parfaitement légitimes, et j’ai assisté aux deux premières manifestations qui les mettaient en avant, à l’automne 2006 et au printemps 2008.

Pourtant, je n’irai pas à Carcassonne ce jour-là. Je ne suis pas seul, à Marseille, à assumer cette décision. L’Ostau dau País Marselhés, dont je fais partie et qui avait organisé le déplacement marseillais aux deux manifestations précédentes, a décidé de ne pas s’y rendre. Les associations amies avec lesquelles il nous arrive de collaborer à Marseille, et qui étaient avec nous à la dernière manifestation de Béziers, ne s’y rendront pas non plus.

A cela, deux raisons.

D’abord le choix du lieu. La première manifestation, en 2006, s’était déroulée… à Carcassonne. La seconde, en 2008, à Béziers. A la suite de quoi l’Ostau et les associations amies avions proposé d’organiser la suivante à Marseille, proposition formulée également par un groupe de toulousains. Manifester dans la plus grande ville d’Occitanie, celle qui, bien avant les autres, a fait l’expérience de la cohabitation et de la rencontre avec l’Autre, l’étranger, l’immigré (nos grands-parents, pour beaucoup d’entre nous), qui constitue en outre un indéniable foyer de création occitane contemporaine, où l’on voit des banderoles en occitan (graphie classique, svp) au Stade, manifester dans cette ville donc se présentait à la fois comme un challenge passionnant et comme une expérience inédite. Nous savions pouvoir compter sur des relais dans la ville même. Pour autant, ce n’était qu’une possibilité parmi tant d’autres : il ne nous aurait pas déplu de nous déplacer en d’autres lieux, à Pau ou à Limoges par exemple. Voilà qui aurait fourni l’occasion d’aller découvrir des villes que, pour la majorité d’entre nous, nous ne connaissons pas, et y rencontrer des gens porteurs d’autres modalités de notre culture.

Après un an de discussions, le collectif organisateur a décidé de refaire la manifestation… à Carcassonne. Les arguments avancés pour justifier ce choix sont relatifs à la compétence avérée des Carcassonnais en matière d’organisation et d’accueil, et à la centralité du lieu par rapport à l’ensemble des pays occitans.

Le premier argument ne laisse aux autres villes aucune latitude de démontrer à leur tour compétence et savoir-faire. Que les Marseillais n’aient pas seulement mauvaise réputation à Paris mais aussi dans certains milieux occitanistes, c’est une chose ; mais pourquoi les Palois, les Limougeauds ou autres citadins occitans se trouvent-ils a priori indignes de la confiance accordée aux Carcassonnais ? L’argument de la centralité est encore plus douteux, s’agissant quand même d’un mouvement anti-centraliste, dont on pouvait attendre qu’il se déploie à travers l’espace occitan (mieux, qu’il contribue par sa dynamique à la construction d’un espace fondamentalement périphérique, à revers de la vision centrée qui caractérise la France)[1].

Donc, les manifestations en faveur de l’occitan se trouvent résolument ramassées sur la région languedocienne. Précisément là où sont basées la plupart des entités composant le collectif organisateur (certains suggèrent même que la répétition de ces manifestations en Languedoc-Roussillon aiderait ces entités à exiger et obtenir davantage de subventions auprès des collectivités locales de cette région : après tout, grand bien leur fasse, mais que ce ne soit pas au détriment des autres…).

Ce choix est évidemment de nature à conforter tous ceux qui, dans les pays occitans, contestent l’existence d’une langue commune et prônent inversement le repli provincialiste : on en trouve en Provence rhodanienne, en pays niçard, en Bearn, en Auvergne etc. On peut dire qu’une occasion unique de couper l’herbe sous les pieds à ces replis provincialistes, dont l’expression la plus virulente se situe précisément en Provence, a été ratée. Et les vieux cons moisis de « Prouvenço ! », qui dénoncent régulièrement « l’impérialisme languedocien » (c’est d’ailleurs leur seule et unique activité), vont trouver de quoi verser de l’eau à leur moulin dans le fait que les manifestations occitanistes se concentrent en Languedoc.

A l’inverse, les organisateurs de la manifestation de Carcassonne, malgré leur occitanisme, n’agissent guère différemment en cantonnant dans une seule région une revendication qui en concerne au moins sept.

L’autre raison est tout aussi grave, et, tout comme la première, justifie à elle seule que les Marseillais s’abstiennent de participer au rassemblement du 24 à Carcassonne.

Cela concerne la présence d’un ramassis de fascistes identitaires à la manifestation de Béziers, en mars 2008. Depuis quelques années, ces groupes récupèrent à tout va la revendication occitane pour l’amalgamer à un discours raciste et xénophobe vieux comme ce monde. Nul ne peut ignorer l’existence de ces gens, qui tentent de surfer sur la vague occitaniste -bien qu’évidemment inaptes à la moindre expression culturelle authentique. Nul ne pouvait ignorer leur présence à Béziers le 19 mars 2008, annoncée sur leurs blogs respectifs. Nous pensions, naïvement, que les organisateurs de la manifestation auraient pris les mesures de nature à la repousser. On sait qu’il n’en fut rien, hormis une dérisoire tentative de faire appel… à la police, pour éjecter les identitaires de l’esplanade Paul-Riquet où ils tenaient un stand. Laquelle police évidemment n’en fit rien –il n’y a que les cotisants de la Camif pour s’en étonner. Par ailleurs, les gens de « Anaram au patac », mouvement occitaniste anti-raciste et anti-fasciste qui exigeait des organisateurs un peu plus de fermeté se virent menacer d’expulsion par l’un des organisateurs s’ils troublaient la manifestation… Le monde à l’envers.

Par la suite, le groupe identitaire, aisément reconnaissable à ses poses martiales et au tract qu’il diffusait, s’intégra tranquillement à la manif, gentiment aiguillé par le responsable du service d’ordre[2]. Advint ce qui devait fatalement advenir : excédées, quelques personnes, en fin de manif, se portèrent au devant du groupe en question et l’apostrophèrent vertement, provoquant en retour une agression physique d’une extrême brutalité (bilan, trois blessés dont deux filles). On peut bien dire qu’il n’était pas indiqué d’aller apostropher à cet instant-là de tels personnages (le temps que tout le groupe marseillais, rejeté en fin de cortège par les organisateurs, arrive à la rescousse, le mal était fait et les rats identitaires quittaient le navire sous les invectives). Sans doute. Mais si les mesures adéquates avaient été prises en amont, le problème ne se serait même pas posé. La faute incombe aux organisateurs, non à ceux qui ont laissé parler leurs tripes. En ce qui me concerne, je dirai simplement que c’est la première fois de ma vie que je me trouve dans le même cortège qu’un groupe de fascistes, et je constate que cela s’est passé dans une manifestation occitaniste. On parle ici de gens qui, par exemple, ont été capables de débouler à la faculté de lettres de Montpellier et de rouer de coups un étudiant africain qui passait par là aux cris de « rentre chez toi, sale négro ! ». Quelle figure avons-nous devant nos amis africains et nord-africains, d’avoir laissé de telles gens s’insinuer dans une manifestation en faveur de notre langue ?

Mais le pire advint par la suite avec l’attitude des organisateurs persistant dans la politique du dos rond. Ne parlons que de la simple politesse qui aurait consisté, en tant qu’organisateurs, à se sentir un tant soit peu concerné et à demander des nouvelles des personnes blessées –seul un groupe de jeunes occitanistes toulousains l’a fait par mail quelques jours après, et qui ne faisait partie des organisateurs. Mais parlons aussi du fait que, dans la réunion de debriefing qui a suivi la manifestation, il ne fût même pas fait mention de l’incident, les organisateurs préférant s’auto-congratuler du succès numérique du 19 mars. Dans les réunions successives destinées à préparer la manifestation suivante (en l’occurrence celle qui aura lieu le 24 octobre), il ne fut pas davantage question du problème posé par l’intrusion des identitaires. La conclusion s’impose d’elle-même : pour les organisateurs de ces manifestations, le problème ne se pose pas.

Non que je soupçonne ces organisateurs de connivence idéologique avec ces groupes identitaires, loin de là (je n’en dirai pas autant de certains membres du service d’ordre). Je pense seulement que l’occitanisme institutionnel qu’ils représentent préfère, dans sa quête de reconnaissance officielle, éviter les remous et les vagues, en espérant que la trentaine d’identitaires passe inaperçue dans une manifestation de 20 000 personnes. Seul problème, ces gens savent ne pas passer inaperçus…

On peut bien se vanter, dans les ouvrages destinés au public des lettrés occitans, de ce que la civilisation occitane du XII° siècle ait su faire bel accueil à la culture arabe et à la culture juive de l’époque ; mais nous sommes au XXI° siècle, et nous savons que les tentations fascistes et racistes hantent certaines régions occitanes (précisément, Provence et Languedoc où le Front National réalise quelques uns de ses meilleurs scores électoraux depuis vingt-cinq ans). Dans ces conditions, faire comme si le problème posé par l’activisme des identitaires n’existait pas relève de la lâcheté politique la plus totale.

Je laisserai donc tout ce beau monde arpenter les rues de Carcassonne. Chez moi, à Marseille, le nécessaire a été fait pour interdire aux identitaires de s’implanter, et il le sera aussi souvent qu’il le faudra. Que chacun en fasse autant chez soi.

A.DELL’UMBRIA, Marseille, 1er septembre 2009.


[1] L’argument de la facilité d’accès (Pau serait trop loin de Nice, Limoges de Carcassonne, Marseille de Bordeaux etc.) est encore plus spécieux. Je suis certain que nombre de gens présents dans ces manifestations n’hésitent pas, par ailleurs, à parcourir des milliers de kms pour aller s’offrir un peu d’exotisme aux Caraïbes ou en Thaïlande, aux Maldives ou à Rio, parce que c’est ainsi que fonctionnent les classes moyennes auxquelles une grande partie des occitanistes appartiennent.

[2] Les identitaires saluaient d’ailleurs, quelques jours après, sur un de leurs blogs, « l’attitude positive et ouverte de David Cantournet, le responsable du service d’ordre ».

Source: [url]engambi.com[/url]


joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
Adieussiatz,

Primier una mesa al punt, escupissi pas sul vejaire de Laurenç D, teni un vejaire different que porgissi (teni de lo precisiguar)

LaurençD a écrit:Per çò qu'es de la causida de Carcassona e non pas de Marselha, cal benlèu tornar a la tòca primièra del collectiu Anem òc : amassar mai de monde possible, amens faire rampèu. Pel tresen còp s'agis de sortir l'occitanisme de sa confidencialitat per ne faire un moviment de massa. Es a dire que, quand s'atenh un chifre coma 10 o 20 000 peluts, i pus solament de militants, i a tamben de monde que venon pr'amor tròban l'ideia simpatica sens voler s'engajar (e quitament de monde que parlan pas la lenga emai s'esperforçaran jamai de l'aprenne).
Aqui primier 2 punts : trapi qu'Alessi es estat clar dins la sua letra a plan dit que lo monde de l'OPM serian estat fotut de bolegar en dacom mai qu'a Marsilha, doncas per de que la causida de Carcassona ? e pas Pau, Marselha, Tolosa, Lemotges (ciutat agradiva, a mai m'auria balhat l'escasença de crosar enfin Tiston, dempuei lo temps que nos pelejan sul malhum) Clarmont (personaument coneissi pas m'auria agradat de descubrir) .
Aprep cresi qu'un còp mai mescla 2 causas : Occitan e OccitanISME, ta ieu (aprep es pas que la meuna vista, mas cresi que d'unes la partejan) la tòca de l'occitanISTE es de fargar militants, una armada de braves pichons soldats que son prestes de crevar per la causa, aici me parlar de monde "lambda" que s'interessan a l'occitan en aguessant una vida al costat, que s'i interessan sense quitament aprener la lenga (tesi que desfendi tanben e que me buta de m'afermir antioccitanISTE) cresi que te sias enganat e volias diser "tirar l'occitan (e non l'occitanISME) de la sua confidencialitat (l'occitanISME nos a provat un cop mai amb la causida de Carcassona qu'era plan dins la sua "confidencialitat" (anem soi manhac coma ai promes a Danis e a l'Omi de botar d'aiga dins lo meu vin, emplegarai pas la paraula secta) ta ieu i pot demorar, m'anirai pas lo cercar per l'en tirar.
LaurençD a écrit:
Es justament aquò un moviment de massa. E an aquel monde cal una manifestacion pas tròp aluenhada e vòlon un parking a posita per la veitura. Se traças un cercle de 100 km alentorn de cada vila d'Occitània, comprenes qu'aquela reserva de manifestants se tròba pas de pertot.

Ah d'acòrdi es una mena de "révolution en pantoufles" cal quichar mas pas trop fort e dins lo confort (big up a Pipo, lo "punk confort" fa escola) se es per aquel biais per de pas faire una protesta en chichitant, o sense bandieras (lo paper tua los aubres) o tot simplament per evitar de polluar en prenen carris per de que pas totun demorar a l'ostal e passar 5 oras de pensar fort fort a l'occitan ????? E puei francament, que te permet d'afermir qu'aquel blot de protestaires se podon pas trapar a Marsilha, a Pau.... Per aver agut l'escasença de me passejar un drin en Provença (big up a Darboneta aqueste cop) pensi que lo monde i pot esser, a mai lo compte se far en "estructuras occitanISTES", de que fasetz del monde "lambda" que parlon la lenga (sap la famosa massa d'onte nos charra) coma las pot mesurar aquela (fora de faire de protestas de pertot e pas s'embarrar dins l'endrona "Besiers Carcassona" ?
LaurençD a écrit:
Lo problèma ara es que lo tèma de la desfensa de la lenga occitana es integrat dins lo debat public local sonque dins qualques despartaments, totes en Lengadòc (un carrat Avairon-Tarn-Aude-Erau) levat benlèu per çò qu'es del cas bearnés. Sufis de prene la carta de las Calandretas per o veire. De segur qu'èstre 10 o 20 000 a Marselha, seria quicòm estrambordant, mas cal saupre s'es solament possible sus aquel rodòl.
Un cop mai rasonas en estructuras occitanISTES pas en terme de potencialitat de l'occitan, a mai coma l'ai dit coneissi un pauc Provença, mas pas fòrça Marsilha, se lo monde de l'OPM dison que penson que podon mobilisar tant de monde qu'en dacon mai, lor fau fisença (es lo lor canton, le coneisson mai que tu e ieu, i van pas en vacanças i vivon) aprep se capiton pas a elis de s'esplicar aprep (causa que sera benleu pas lo cas per Anem Oc i tornarai en acabament de messatge)
LaurençD a écrit:
E puèi, cal plan dire que la situacion provençala demòra un vertadièr copa-cap ! Se passajar a 20 000 amb la crotz ramondina sus la Canabiera seria quicòm chanut, mas m'estonarai que se troba la meteissa comprension de la municipalitat coma dins una vila lengadociana. I a de politician que seràn de mal torcer en Provença...

Un cop mai, soi preste de faire lo pari que dits aquò raport a la presa de pausicion de Vauzelle pels "provençalistes", me desencusarats mas pensi que se juntiament lo mitan occitanISTE s'era bolegat ta apiegjar las accions de l'OPM, benleu seria pas lo cas (lo Collectiu Provençau gauset faire de loobying a capitat, al luoc de s'en planher cal realisar que l'occitanisme el es pas estat fotut de faire ço meteish e ensajar d'esser melhor lo cop que ven).
Aprep demoras dins la "revolucion en pantoufles" una protesta que ten lo sosten de politicians e d'elegits (excusez moi de vous demander pardon, je peux manifester s'il vous plait monsieur le maire ?) cal arrestar de desconar, e d'una la tòca d'una protesta es de se planher de quicom que lo poder en plaça a pas butat en plaça (si de non ser pas de res d'aprotestar) e puei te dirai que ieu m'interessa mai d'aver un elegit que ven pas a las protestas mas que mena una politica per l'occitan (ço qu'es lo trabalh d'un elegit) que non pas de lo veire anar crida (de legir en fonetic vos pregui)" Osseka per l'occitan occitan lengA officialA" e que lo de mai del temps, se bat leis alibofis de l'occitan.
LaurençD a écrit:
Comprèni que los provencals n'ajan son cofle del "langadocianocentrisme". Aquò dich, la situacion es encar pièger en Occiània del nòrd. I a pus un sol cors d'occitan al licèu dins Droma e Ardecha tota. Finalament, lo sol ròdol onte los politicians lascan quicòm, es en Lengadòc (NB : parli de Lengadòc istoric, non pas de Septimània). Pas segur qu'ajan mestièr de nosautres malmaridats.

Diga me fanton, sias foncionari o que, per faire daissar causas als politicians lor cal demandar un cop manhagament puei anar quichar se respondon pas quite d'acabar de biais radicau (te conselhi de t'entresenhar sus la teoria de l'uou e del godron o coma los bretons an aguda la senhalisacion bilingue" la tematica es simple, sem una lenga e una cultura, avem dreits, los politicians son estat elegits mercés a las nostras votz, an de devers es "normau" que faguesson lo lor trabalh, quora t'en vas crompar de pan, pren lo teu porta moneda e balhas l'argent es pas al fornier de te suplicar de lo pagar per aver la tua moneda, far de pan, es lo seu trabalh, tu pagas pel pan es lo teu dever, la politica deu esser menada parier tant que l'occitanISME minorisara l'occitan (per de que pensi qu'es aquo la problematica) e se rendra pas compte que las politicas per l'occitan es quicom de naturau e normau que se deu passar de biais normau (amb subvencions classicas classadas per categorias d'activitat pas amb una linha budgetari occitana que nos oblidge de nos tustar los uns suls autres per aver dardenas) serem dins la m******

Acabarai per una conclusion tota colha, cresi prigondament que fora del fach que los "vailets de ministaris cortesans de subvencions" (te sabi que MJVB legis lo forum soi segur qu'aquela i'agradara força, BIG up en ela tanben) an calculat Carcassona per aver mai de dardenas, cresi qu'an pas agut l'avelana de s'en anar freitar a terras "desconegudas d'elis doncas vistas coma ostiles", dirai que n'ai mon confle d'aquela politica del "a d'ara avem causit Carcassona (jos entendut e vos emmerdem) l'important es de se mobilisar (de revirar per "vos avem pres en ostatge, avem causit, sem los gardians del temple a d'ara se voletz adobar la lenga vos cal plegar, se venetz pas es que setz dangeroses anti-occitan")", en teni lo meu confle de veser protestas (la basa d'una protesta es de luchar per una idea a la qual om crei) adobadas del biais espiçaria del campestre per de que los que son sensat luchar per l'occitan creson pas qu'es pron interessant ta mobilisar lo monde (aqui tanben tant coma a Aure o a Ma...(chhht pas de nom) te conselhi de legir las paraulas d'I Virasolelh de l'amic Sergio Berardo que resuma plan aquo) sabi pas per tu, mas ieu partissi pas a la batesta amb soldats que son segur d'avancia de perdre, cresi que d'unes devrian daissan Mistral ta legir Tsun Tse (l'art de la guerre que vos conselhi).
E sap lo pieger dins tot aquo, es que se Carcassona es un chaple, una quicanela que mena pas degun, de que sera la conclusion d'Anem Oc ?es que pensas que se diran "Merda, nos sem enganats" o "De tot biais lo sabiam, ja que l'occitan interessa pas degun, amb a mai la marrida reclama que nos fagueron sul forum lo monde de l'OPM e l'autre colha de Radio Occitania, podia pas marchar" (en gros es la peca de totun manca ...d'Anem OC

Francament, lo meu sol desconsolatge, ieu que soi pas un afogat de protestas un cop cada dos ans e aprep disem e fasem pas res mai es que siaguessem pas a un an de "Cracrazone II le retour" si de non cresi qu'auria prepausat als companhs de l'OPM de montar una protesta bis lo 24 a Marsilha, istoria de veser qual dels dos a la mai bela

Cedric

http://www.myspace.com/joan_cavalier

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Sias pas tu que presentas una emission "amb l'ajuda del conselh regional miegjorn-pirenèus" ? Una mena de subvencionat, qué.
Te dises jornalista ? E cagas de tèstes coma aqueste ? Lo rasonament (çò que n'ai legit, siai pas anat duscas a la fin) es bon per un adò, vives dins un monde fabulos.
Onte as trobat que sosteniai la posicion d'Anem Òc ? E onte ai escrich que la posicion de l'OPM era marrida ?
Per convencer, basta pas de desparlar sus çò que pensa l'autre.



Dernière édition par LaurençD le Dim 27 Sep - 9:23, édité 1 fois


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

fredoc


Occitan Warrior
Occitan Warrior
joan_cavalier a écrit:
Francament, lo meu sol desconsolatge, ieu que soi pas un afogat de protestas un cop cada dos ans e aprep disem e fasem pas res mai es que siaguessem pas a un an de "Cracrazone II le retour" si de non cresi qu'auria prepausat als companhs de l'OPM de montar una protesta bis lo 24 a Marsilha, istoria de veser qual dels dos a la mai bela

Cedric

Pensi qu'ac sabèvas, non, un an a, qu'èra prevista aquesta manifestacion a Carcassona ?


_________________
Ací qu'ei l'alh ! ce disè la ceba. / Amic de cadun, amic de degun.
"La vida es una tombola", Manu Chao.
http://www.occitania-fotbol.com

joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
fredoc a écrit:

Pensi qu'ac sabèvas, non, un an a, qu'èra prevista aquesta manifestacion a Carcassona ?
Vo mas las causas avian pas encara cabussada dins quicom de tant pietados

LaurençD a écrit:Sias pas tu que presenta una emission "amb l'ajuda
del conselh regional miegjorn-pirenèus" ? Una mena de subvencionat, qué.

Me far plazer de veser que m'escotas aprep ai pas dit "Cal pas de subvencions" ta ieu las subvencions son un drin coma quora sias jove e que los parents t'ajudan de pagar lo teu logat, es plan t'ajuda mas cal pas que la situacion s'eternise
LaurençD a écrit:
Te
dises jornalista ? E cagas de tèstes coma aqueste ? Lo rasonament (çò
que n'ai legit, siai pas anat duscas a la fin) es bon per un adò, vives
dins un monde fabulos.
vo fau lo jornaliste (enfin se vos lo meu titol eisact a ROC fau Cap-Redactor) e te dirai que compreni pas tot a d'aquela part del rasonament que me ten, t'ai mandat un teste argumentat (que confessas pas aver legit d'entier e que te permetesse de jutgar) tu me respond per 4 linhas amb un ton d'ome segur del... qual es que viu en ço dels potonors mentre tu e ieu ?
LaurençD a écrit:
Onte as trobat que sosteniai la posicion d'Anem Òc ? E onte ai escrich que la posicion de l'OPM era marrida ?
Per convencer, basta pas de desparlar sus çò que pensa l'autre.
desencusa me es ço que susa del teu texte, aprep ai pas desparlat ai argumentat, aqui sias tu que desparlas (confessas aver legit la mitat e escupissas) e aparentament as pas legit dempuei la debuta disi ben que balhi un vejaire, ensaji pas de convencer balhi lo meu punt de vista e soi interessat per la contesta, aprep per contestar amb qualqu'un cal que i'aguesse d'arguments del dos costat e que l'autre legissesa totes los arguments balhat, es ço que fagueri, tu aparentament non....en tenant compte d'aquo... la contesta es pas possible

Cedric

http://www.myspace.com/joan_cavalier

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Es mon costat estalinian.
Es possible d'ensajar de comprene la causida de Carcassona ? De mon vejaire, es una marca de la flaquesa de l'occitanisme (ops, perdon, del moviment d'aparament de la lenga occitana). Es çò qu'ai escrich.
De ton costat, vèsi cap d'argumentacion, sonque de repapiatge. T'ai jamai legit parlar de la marrida situacion de l'occitan dins ta quita vila, la bèla Tolosa onte ara se parla a mai de 50 de cent amb l'accent del XVe arrondissement.
La sola causa que sabes faire es nha nha nha ...ISME e son tots de colhons ...ISME.
Sem a crebar, mas tu contunhas de te pinholar en reglar de comptes personals.


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
Ten rason, m'interessi pas a la meuna ciutat (d'adopcion) teni una vista mai globalisada sus l'ensem del pais, aprep cresi pas la lenga nostra tant en dangier que tu cresi qu'amb un trabalh de cada jorn se pot espandir (a mai te dirai que teni pas la pretencion de "salvar l'occitan" ço que m'interessa es que lo monde sap qu'aquo eisista aprep a els de causir de lo se apropriar o non (aprep personaument pensi que l'enveja ven mai als gens per la musica que per los trobadors (aprep me diras soi mai afogat de musica que non pas de vielhs testes).
Aprep vo ensaji de pausar la contesta dins un mitan embarat sus el meteis onte o sias d'acordi a 100 del 100 o sias "un dangeros enemic que vol faire crevar la lenga", aprep te rasseguri los meu comptes personaus los adobi en privat amb lo monde, pas dins un espandi public e enfin de vertat as rason, de cops perdi de temps la prova, te respondi amb d'arguments pr'amor que sias cap barrat

http://www.myspace.com/joan_cavalier

Lo ton vesin


Guelha de bonda
Guelha de bonda
joan_cavalier a écrit:
Aprep vo ensaji de pausar la contesta dins un mitan embarat sus el meteis onte o sias d'acordi a 100 del 100 o sias "un dangeros enemic que vol faire crevar la lenga", aprep te rasseguri los meu comptes personaus los adobi en privat amb lo monde, pas dins un espandi public e enfin de vertat as rason, de cops perdi de temps la prova, te respondi amb d'arguments pr'amor que sias cap barrat

Com tu, que'm senteishi hèra mei occitan qu'occitanista, e ne soi pas briga amic dab MJVB mes que'm sembla que la polemica presenta ei a l'endehens de l'occitanisme, lo títol deu tèxte de l'OPM qu'ac ditz plan e clar, donc ne vei pas çò qui las repotegadas antioccitanistas an a har ací, com Laurenç que pensi que i mesclas causas qui n'an pas arren a véder

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
De tipes coma tu, JC, n'i a de pertot : un det dins lo monilh e la boca sempre duberta, totjorn a aleiçonar lo monde amb un discors que vira en redond. Cap de discuta puèi que jamai lo punt de vista cambia pas. E mai que mai, aquel biais de gingolar : la fauta es als autres. Me fas cagar amb tos ISMEs, ieu ai fotut un messatge pr'amor vòli comprene quicòm aqui dedins.

Doncas lo meti un còp de mai :

Per çò qu'es de la causida de Carcassona e non pas de Marselha, cal benlèu tornar a la tòca primièra del collectiu Anem òc : amassar mai de monde possible, amens faire rampèu. Pel tresen còp s'agis de sortir l'occitanisme de sa confidencialitat per ne faire un moviment de massa. Es a dire que, quand s'atenh un chifre coma 10 o 20 000 peluts, i pus solament de militants, i a tamben de monde que venon pr'amor tròban l'ideia simpatica sens voler s'engajar (e quitament de monde que parlan pas la lenga emai s'esperforçaran jamai de l'aprenne). Es justament aquò un moviment de massa. E an aquel monde cal una manifestacion pas tròp aluenhada e vòlon un parking a posita per la veitura. Se traças un cercle de 100 km alentorn de cada vila d'Occitània, comprenes qu'aquela reserva de manifestants se tròba pas de pertot.

Lo problèma ara es que lo tèma de la desfensa de la lenga occitana es integrat dins lo debat public local sonque dins qualques despartaments, totes en Lengadòc (un carrat Avairon-Tarn-Aude-Erau) levat benlèu per çò qu'es del cas bearnés. Sufis de prene la carta de las Calandretas per o veire. De segur qu'èstre 10 o 20 000 a Marselha, seria quicòm estrambordant, mas cal saupre s'es solament possible sus aquel rodòl.

E puèi, cal plan dire que la situacion provençala demòra un vertadièr copa-cap ! Se passajar a 20 000 amb la crotz ramondina sus la Canabiera seria quicòm chanut, mas m'estonarai que se tròbe la meteissa comprension de la municipalitat coma dins una vila lengadociana. I a de politician que seràn de mal torcer en Provença...

Comprèni que los provencals n'ajan son cofle del "langadocianocentrisme". Aquò dich, la situacion es encar pièger en Occiània del nòrd. I a pus un sol cors d'occitan al licèu dins Droma e Ardecha tota. Finalament, lo sol ròdol onte los politicians lascan quicòm, es en Lengadòc (NB : parli de Lengadòc istoric, non pas de Septimània). Pas segur qu'ajan mestièr de nosautres malmaridats.
Darrièr lo problèma del luòc, me sembla que i a quicòm mai : cossi pausar la question de la lenga d'un biais que sia mens moligàs ?


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

fredoc


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Que soi completament d'acòrd dab la toa darrèra frasa. Dilhèu lo problèma es meilèu de tornar diser dab un faus estrambòrd :
"Anem òc, per la lenga occitana !".
Pensi que los qui decideishen nos espian en arrident.

E tà fenir, e que t'ac avem dejà dit 1000 còps JC, arrèsta dab lo ton ISME e sustot ISTE (qui s'escriu ISTA ! ), que degun non compren çò qui vòles diser !!!!


_________________
Ací qu'ei l'alh ! ce disè la ceba. / Amic de cadun, amic de degun.
"La vida es una tombola", Manu Chao.
http://www.occitania-fotbol.com

joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
LaurençD a écrit:De tipes coma tu, JC, n'i a de pertot : un det dins lo monilh e la boca sempre duberta, totjorn a aleiçonar lo monde amb un discors que vira en redond. Cap de discuta puèi que jamai lo punt de vista cambia pas. E mai que mai, aquel biais de gingolar : la fauta es als autres. Me fas cagar amb tos ISMEs, ieu ai fotut un messatge pr'amor vòli comprene quicòm aqui dedins.
Ben escota, se tens un "apriori" vesi pas coma lo faire petar, a l'encontrari de ço que pensas lo meu vejaire pot variar e m'arriva de diser "Vo me soi enganat" es que podes diser ço meteish ? (es pas un jutjament es una question)

LaurençD a écrit:
Darrièr lo problèma del luòc, me sembla que i a quicòm mai : cossi pausar la question de la lenga d'un biais que sia mens moligàs ?

Cresi (aprep un cop mai es pas una vertat universala es pas que lo meu vejaire) es mai una question de "normalitat" que de "question de lenga" : coma desfendre una lenga en pausan d'en primier la sua diversitat coma un empecha al luoc d'un fach (vo i'a variantas en occitan, lo sabem totes e lo forum es plan la prova que i'a intercompreneson transdialectala alavetz per de que pausar tot temps lo probleme del fach que segon lo canton la lenga es dispariera, del moment que nos comprenem es pas necite de lo diser, al mens de se crear un probleme que ten pas luoc d'esser)
Aprep demori sul reprochi que fau, quora fas quicom e que pensas prigondament que pot foncionar (quitament se es una utopia) aquo pot marchar, se ten vas en te diguent "aquo interessara pas degun" aquo merdara de tot biais, e teni l'impression qu'es un del bias de foncionar de l'occitanISME (big up Fred'Oc lol) creson pas (per mantunes rasons) al fach que l'occitan interessa lo monde, alavetz se t'en vas per una tusta en te diguent d'avancia qu'es perduda, sera perduda......

http://www.myspace.com/joan_cavalier

joan_cavalier


Trobador !!
Trobador !!
fredoc a écrit:
E tà fenir, e que t'ac avem dejà dit 1000 còps JC, arrèsta dab lo ton ISME e sustot ISTE (qui s'escriu ISTA ! ), que degun non compren çò qui vòles diser !!!!

Se fintas plan, lo ISTE es ma pata, ma sinhatura se vesetz deman marcar occitanISTE pensas a ieu non?

Aprep ai ja esplicat a mantunes cops e quitament aici la meuna pausicion d'unes an compres aprep teni pas pron de temps ta lo gastar en esplicant causas a monde que volon pas escotar e se tornar botar en questions....

http://www.myspace.com/joan_cavalier

fredoc


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Pensi que de posicion ne n'as pas nada !
B'ei de dòu har que pèrdias tant d'energia en vaganaut !

E que t'ac prèi, ne'm hacias pas leçons de remesa en question tant qui ne'm coneishes pas.


_________________
Ací qu'ei l'alh ! ce disè la ceba. / Amic de cadun, amic de degun.
"La vida es una tombola", Manu Chao.
http://www.occitania-fotbol.com

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
Adieu lei companhs ? Tot va ben aquita ? Clucant

A /
Mise au point...






Quelques
mises au point, suite aux réactions que mon texte relatif à la
manifestation du 24 octobre a provoqué. C’est la dernière fois que je
reviens sur le sujet, alors lisez bien !



Pour
commencer, je sais très bien qu’en politique l’innocence est un vice.
Dans les quartiers nord de Marseille, on dit souvent avec un ton de
commisération, à propos de quelqu’un qui ne connaît rien à la rue : «
C’est un innocent ». Voilà précisément ce que je reproche aux
organisateurs de la manif de Béziers (et sans commisération) : d’avoir
fait preuve d’une incroyable innocence. Et bien que celle-ci se soit
évanouie devant les faits, ils continuent à jouer imperturbablement aux
innocents. Le titre du texte évoquait cela. La débilité, c’est de
l’avoir lu à l’envers.



Ensuite,
il est bien inutile de jouer les vierges effarouchées à propos de mon
allusion aux subventions. Quand on va rencontrer un élu local (Région,
Département etc.) et qu’on peut se prévaloir d’avoir eu dans la rue 10
000, puis 20 000 personnes, on a un peu plus de poids pour justifier
des demandes. Comme je l’ai dit en toutes lettres, et comme cela est
parfaitement compréhensible pour quiconque lit mon texte autrement que
de manière émotionnelle, « grand bien leur fasse ». D’autres régions
nettement moins favorisées auraient pu légitimement espérer bénéficier
à leur tour du soutien de la rue. C’est tout.



Que
le collectif Prouvenço se soit jeté sur cette affaire comme un chien
sur un os à ronger, c’était bien prévisible, mais là aussi il est bien
inutile de venir me le reprocher : ce n’est pas moi qui ait eu la
mauvaise idée d’organiser trois manifs successives dans la région
Languedoc-Roussillon.

Les
gens de Prouvenço sont des désinformateurs et, parmi tant d’autres
preuves, leur réponse en témoigne. Je n’ai jamais accusé les
organisateurs de Béziers d’avoir invité les Identitaires, je leur ait
reproché de les avoir toléré et d’avoir, par la suite, fait profil bas
face à la réalité du problème. Les gens de Prouvenço sont d’autant plus
mal placés pour la ramener à ce sujet que
certains d’entre eux ont notoirement des accointances avec le Front
national… Quand aux subventions perçues par les associations occitanes,
et que le collectif Prouvenço leur reproche, je ne trouve rien à y
redire, leur activité correspondant assez généralement à la définition
même de l’utilité publique. Que le collectif Prouvenço n’ait pas de
subventions me paraît normal : ils n’en méritent pas.



L’Ostau
dau pais Marselhés n’a bien évidemment rien contre les languedociens,
en général ou en particulier. Les échanges fructueux que nous
entretenons depuis très longtemps avec nombre d’individus et
collectifs, de Nîmes jusqu’à Toulouse, en témoignent, et ceux-là ont
très bien compris notre position.



Nous
ne cherchons pas à faire capoter la manif du 24, nous nous contentons
de ne pas organiser de déplacement collectif. Ceci dit, nous ne sommes
pas le Parti Communiste Coréen : quiconque parmi nos affiliés a envie
d’y aller à titre individuel a toute latitude de le faire. Nous nous
sommes seulement posés la question : pourquoi donc mobiliserions-nous
temps, énergie et argent pour répondre à l’appel de gens qui n’ont même
pas pris en compte nos observations écrites de l’après-Béziers ? Ils
nous ont pris pour des caves, tant pis pour eux.



Au
demeurant, certains occitanistes me reprochent non tant le fait de ne
pas aller à Carcassonne que de l’avoir exposé publiquement. N’ayant pas
la fibre patriotique, je n’ai aucune raison de respecter une sorte
d’Union sacrée.

En outre, comme je l’ai dit, une seule des deux raisons que j’ai avancées suffirait à m’abstenir.



Pour
finir, une remarque : quand je vois les organisateurs de cette
manifestation constituer leur service d’ordre par liste mail, je rigole
doucement. Voilà qui donne la mesure de leur sens pratique. Les
Identitaires n’auraient guère de mal à infiltrer un tel s.o en y
inscrivant des hommes à eux par Internet…






Quant
aux critiques relatives à la rédaction de ma lettre en français et non
pas en occitan et qui laissent de côté le contenu de la dite lettre, je
les laisse au niveau où elles se trouvent.






A.DELL’UMBRIA, 25/09/09.

B/




Ais amics e collègas occitans.





Vaquí un moment que la causida de Carcassona per la
manifestacien fuguèt facha per lo comitat Anem Òc. Avans d'aquela decisien,
l'Ostau dau País Marselhés aviá ja fach part de son avejaire que la manif si
deuriá debanar en defòra de Lengadoc. La possibilitat que si faguesse a
Marselha aviá estada evocada, tant coma en d'autrei vilas coma Lemotges ò
Gueret per exemple. Èri personalament d'aquelei qu'avián sostengut enveja esto
còp d’anar dins Lemosin.


Fin finala, la causida fuguèt aquela que tot lo monde saup
ara.


Dins lei jorns seguent la resulta oficiala, avem tengut a
l'Ostau dau País Marselhés un conseu d'administrança sus d'aqueu ponch, e la
conclusien colectiva dau CA fuguèt de pas sostenir aquela manifestacien. E
fuguèt dich, escrich e comunicat subran.


Perqué decidir de pas sostenir aquela manif? De segur pas
per decepcien de la causida d'una vila autra que Marselha, coma d'unei nos en
acusan ara, bòrd qu'eriam favorables ai candidaturas lemosinas tant coma
biarnesas. Nos creire capable de boicotar una manifestacien per aquela rason,
que nos, marselhés tant cauvins coma va
dien lei medias de França tota, es ja portar un jutjament sus una còla seriosa
sens aguer escotat sei prepaus.


Avem decidit, non pas coma d'individuaus, mai au nom de
l'Ostau dau País Marselhés, de pas portar de sosten en aquela manif, e aquò,
faguètz mèfi, vòu pas dire qu'empacharem nòstei sòcis de li anar se n'an
l'enveja.


Avem pres aquela decisien collectiva per lei rasons
seguentas:


- la causida d'una vila de Lengadoc, per un tresenc còp, de
Carassona per un second còp, farà que confortar l'ideia publica e comuna que
l'occitan es la lenga dau Lengadoc. Valènt a dire que n'ajuda de ren dins lei
batalhas de cada jorn que menan tant d'associaciens provençalas e nissardas, biarnesas, lemosinas
e ne'n passi, per far avançar l'ideia que son parlar tanben es d'occitan. E vau
prener lo temps d'insistir aquí sus lo fach qu'aquelei batalhas son pas
solament còntra d'instituciens, ò còntra l'opinien publica, mai tanben còntra
de gropes organisats que son trabalh es tot simplament d’arroïnar lo nòstre. E
per aquò, avèm decidit qu'aviam mai de far en cò nòstre qu'en Lengadoc, per un
tresenc còp, monte aqueu problema si pausa pas, e belèu que si pensa manco pas
nimai.


- la segonda rason, que d'unei van dire qu'es un problema de
servici de seguretat, d'autrei qu'es un problema poletic, e que si deuriá pas
far de poletica aqui, es aqueu de la presencia a la manifestacien de Besiers
d'un grope dei "Jeunesses Identitaires" de la seccien Catalunya -
Lengadoc.


Avans la manif, sabiam ja que li anavan estre, que l'avián
escrich dempuei un moment sus son blog. Pasmens avem decidit d'anar a Besiers,
embé lo massilia chourmo e l'asso micmac, e d'uneis amics marselhés que nos
fasián fisança, nautrei fent fisança ais organisators. Quina sorpresa lo jorn
de la manif de lei veire tenir un stand liurament, e si passejar quasi en tèsta
dau cortegi! Belèu que lo servici de seguretat èra pas format per mantenir lei
15 fascistes en defòra de la manif? Belèu que leis organisators avián pas
antecipat la preséncia d'aquelei gens? Va sabem pas. Es pas la fauta d'una
persona, aquò's segur.


Pasmens d'unei marselhés an decidit de pas laissar aqueu
grope si passejar liurament e belèu decidir en un moment de venir violent coma
a sa costuma. Siam partits de la fin dau cortegi, per arribar sus la plaça
Riquet onte un grope de 6 d'aqueleis identitaris eran a frapar un òme solet,
qu'avem aprés pus tard qu'èra lo paire de Silvan de Mauresca Fracas Dub, sens
que degun lo venguesse ajudar. Un collèga de Massilia Chourmo es anat li portar
secors, seguit de doas filhas. Siáu arribat en aqueu moment, e ce qu'ai vist e
entendut restarà longtèmps dins ma memòria. Lo paire de Silvan au sòu, lei doas
filhas lo visatge en sang e mon collèga Jeff Ruiz au sòu embé 5 tipes dessús
que li botavan de còps de pès, una filha que cridava "mais laissez les,
ils sont là pour l'occitan comme nous!" parlent deis identitaris. Puei la
policia es arribadas e lei fascistes son partits coma de garris sens coratge
que son. Puei lo sang de Jeff sus mei braç e mei vestits. Puei lei 3 marselhés
se'n van a l'espitau. Puei la serada, puei lo concert, e ren. Pas un mòt
oficiau, una paraula de sosten. Cadun es tornat au sieu, solament comptava la
"capitada". E lo tèmps a passat, e totjorn ren.


Dempuei la manif de Besiers, degun deis associaciens
marselhesa a reçauput ni letra de sosten nimai demanda de novèlas de la part
dau comitat Anem Òc. Tot bèu juste avem reçauput de messatge personaus d'ailà
d'aquí que disián "vous n'auriez peut être pas du les provoquer..."
Quina violéncia, quina tristessa e quina solituda avem sentit.


Pasmens aquò auriá poscut passar, s'au mens lo comitat aviá
tirat de leiçons d'aqueu triste eveniment, mai ren de mai es arribat! Ni letra
oficiala per dire qu'aquò èra arribat e que deuriá jamai tornar arribar, ges de
comunicat per dire que leis identitaris son pas benvenguts a Carcassona. REN DE
REN.


Coma va disiáu un pauc mai naut, e coma l'ai legit e
entendut, semblariá que si deu pas far de poletica aqui. Pasmens que fem? 20
000 personas per carriera per la reconeisséncia d'una lenga, s'aquò's pas de
poletica de qu'es? Una fiera?


Justament, vaqui, subre tot argument, perqué l'Ostau dau
País Marselhés n'ajudarà pas la manifestacien Anem Òc a Carcassona: nautrei fem
de poletica, cada jorn, e jamai pus anaram caminar lo ponch levat e la bandiera
blu e blanca nauta, dins un passa carriera que tolera la presencia de fascistes
e que fai coma s'aqueu problema tras que grèu existava pas! Es pas un problema
de Servici de Seguretat, es un problema de silenci poletic. Quand lo comitat
Anem Òc aurà una posicien clara e drecha a regard d'aqueu problema, l'Ostau dau
País Marselhés sarà dubert per tota discutida sus de causidas de luech ò de
quau que siegue.


Per tot aquò l'ostau sosten lo cambarada Alèssi Dell'Umbria,
que sa letra duberta, escricha embé sei mòts e sei ideias e senhada de son nom,
nos a vaugut mantunei remarcas.





Sovetam pasmens ais amics e collègas, associaciens amigas
una bòna manifestacien a Carcassona lo 24 que ven, se siatz pas mai que
siguessiatz pas mens.





Quand parlam, avem parlat.





Per lo burèu de l'Ostau dau País Marselhés, lo president,
Rodin Kaufmann.

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
La responsa de M.J. Verny:

Re: qualques autres biaisses de veire la vertat. Amistats, MJ




Le 23 sept. 09, à 19:17, Marie Jeanne VERNY a écrit :

L'étrange "cagada" d'Alessi dell'Umbria

En tant que co-organisatrice des trois manifestations d'Anem, Oc, je
me permets de réagir publiquement à la proclamation publique d'Alessi
dell'Umbria, qui circule actuellement sur le net et qui est mise en
ligne sur le site de l'Ostau dau país marselhés, sous le titre
http://www.engambi.com/2009/09/linnocence-perdue-de-loccitanisme.html.
Je demande cependant qu'on considère cette réaction comme personnelle,
pour une grande part, et non comme émanant de la FELCO dont je n'ai
pas le temps de consulter le bureau.

J'ai déjà envoyé une réaction par courriel, en espèrant avoir un
échange téléphonique avec Alessi, le rédacteur. cela fait près d'une
semaine et cela n'a pas été possible... Dans l'attente, voici ma
réaction. Je la fais suivre d'une autre, publiée sur le blog
précédent, qui me paraît pleine de bon sens, et qui est signée
"Tavan".

1- Amusant que le premier à féliciter l'Ostau soit Jean-Charles
Tabacchi, un des dirigeants du Couleitiu Prouvènço. Du coup celui-ci
se déchaîne, en reprenant la vieille critique : nous, les
organisateurs, nous serions "grassement payés par l'Université de
Montpellier" et mépriserions les Provençaux.

2- Offensant de voir considérer les organisateurs comme des chasseurs
de subventions, ce dont ce réjouit JC Tabacchi. Doit-on en conclure
que le Couleitiu Prouvènço, lui, n'est pas subventionné ? On peut
penser ce qu'on veut de cet argument. En tant que co-organisatrice et
responsable associative (CREO & FELCO: http://www.felco-creo.org/),
je le trouve bas et méprisable.

3- Encore plus offensant de laisser supposer que les organisateurs
auraient plus de sympathie pour la racaille fasciste que pour Anaram
au Patac. Pour ce qui est de la FELCO, elle a "pignon sur rue",
consultez notre site, vous n'y trouverez pas la moindre trace de
sympathie populiste ou xénophobe.

4- Le but de la proclamation d'Alessi, au moment où nous travaillons
d'arrache-pied pour organiser la mobilisation ? Je n'en vois pas
d'autre que de "punir" les "organisateurs" de leurs manques et de
leurs décisions analysées comme mauvaises. Un peu léger, Très
moralisateur, Et pour le moins peu responsable.

5 Le choix de Carcassonne : je fais partie de ceux qui auraient
préféré que la manifestation s'organise ailleurs, plus près de la
Provence. La décision collective a été autre. Je n'ai jamais fait
partie des briseurs de grève et autres mouvements. J'ai la culture de
la discipline dans l'action décidée démocratiquement. Et quand il
m'est arrivé de ne pas faire une grève ou une action (rarement), je
n'ai jamais eu l'idée de m'en vanter ! Le choix de Carcassonne a été
arrétê. Je mobilise pour Carcassonne.

6- Je me permets de faire remarquer des erreurs et des approximations
dans ce qu'écrit Alessi. Les organisateurs de Béziers avaient demandé,
plusieurs mois avant la manif, des volontaires pour le Service
d'Ordre, appel public, diffusé sur tous les réseaux. Résultat : 20
volontaires ! La foule qui a participé à Béziers était composée de
braves gens de la société civile, sans la pratique des manifs
syndicales ou politiques et de leur Service d'Ordre formé et organisé.
Résultat : j'ai remarqué le premier identitaire avant la manif, je le
connaissais bien, l'ayant eu parmi mes étudiants. J'ai informé la
direction de la manif. J'aurais été pour une éviction musclée car je
savais que l'individu était coutumier des pratiques violentes et qu'il
n'était pas seul. Mais il n'y avait pas les forces pour cela. La
direction de la manif a cru, de bonne foi, que l'individu allait se
noyer dans la foule, Je regrette de ne pas avoir été crue, mais je
peux aussi affirmer que si nous avions eu un S.O., les choses auraient
tourné autrement. L'éviction aurait pu être ferme et non-violente.
Mais nous n'avions pas de S.O. suffisant et je peux affirmer qu'aucun
des militants de l'Ostau n'avait répondu à l'appel à constituer un
S.O. avant la manif.

7- Sur les Identitaires : j'ai dit que nous les avons affrontés à
l'Université Paul Valéry. Mais la rumeur d'un Africain roué de coups
sur le campus de Montpellier est pour le moins exagérée. En réalité,
c'est une jeune fille noire qui a été insultée. Chose inadmissible,
même si elle a permis à quelques étudiants naïfs, piégés par
l'entrisme des Identitaires, de comprendre enfin qui étaient ces
racailles, après des mois de mise en garde infructueux de ma part
contre leur infiltration du MedOc (Mouvement des Etudiants). Ce
jour-là, devant le restau U de Vertbois, il y avait une poignée
d'identitaires qui diffusaient leur sale prose, et la moitié de ma
classe, une trentaine d'Etudiants "ordinaires" (dont la jeune noire
en question) s'est pointée pour leur interdire le campus. Depuis, on
ne les y a plus revus.

8 Quoi qu'il en soit, si l'Ostau espérait réjouir du monde avec cette
prise de position publique, il ne pensait peut-être pas réjouir le
Couleitiu Prouvènço, Alessi pourra toujours dire que "c'est la faute
aux organisateurs". Et si cet appel dissuade quelques dizaines de
personnes d'aller à Carcassonne, l'Ostau pourra se réjouir du déficit.
En tous cas, en deux jours, la rumeur a fait bien du dégât.

Quant à nous nous continuons à mobiliser, avec, en plus, maintenant,
la charge de devoir démonter suspicions, craintes et rumeurs.

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
La respònsa d'Alessi a n'aqueu messatge es mai d'aut.

PS : es normau que passa fòrça mau encò ieu ?

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
Mèrda, en efèit, i a un problèma dab los accents ..

Lo ton vesin


Guelha de bonda
Guelha de bonda
Marie-Jeanne Verny qu'escrivó:

"Sur les Identitaires: j'ai dit que nous les avons affrontés à l'Université Paul Valéry. Mais la rumeur d'un Africain roué de coups sur le campus de Montpellier est pour le moins exagérée."

Totun, totun, los Identitaris ne serén pas capables de har aquò Ni a Montpelhièr ni aulhors Vertat?

Niça: las Joenessas identitàrias au tribunau

Danís


Adjudant
Avant d'anar mai pregondament dins lo perpaus, i a una chausa que remarque dins lo texte de MJVB. Bon benleu ai l'esperit mau virat e vese lo mau ente i es pas, mas :

Le choix de Carcassonne : je fais partie de ceux qui auraient préféré que la manifestation s'organise ailleurs, plus près de la Provence.

Es que fau comprener : " de tota faiçon era per que se faja en Lengadòc" ?

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
Danís a écrit:Avant d'anar mai pregondament dins lo perpaus, i a una chausa que remarque dins lo texte de MJVB. Bon benleu ai l'esperit mau virat e vese lo mau ente i es pas, mas :

Le choix de Carcassonne : je fais partie de ceux qui auraient préféré que la manifestation s'organise ailleurs, plus près de la Provence.

Es que fau comprener : " de tota faiçon era per que se faja en Lengadòc" ?

cresi qu'as ben comprés malurosament.

Bah, la respònsa d'Alessi es pron clara emai l'aguesse escricha avans que de legir aquesla de MJ.

Danís


Adjudant
'Queste còp per contra, l'un pas mai que l'autre 'riben a me convencer. Perque Alessi a jutjat utile de respondre ? Io tròbe que n'i aviá pas besonh, era desjà estat clar dins la prumiera. Se lo monde comprenen pas son opinion, quo es pas de sa fauta a a se...

admin


Trobador !!
Trobador !!
Vertat la response d'Alessi era pas vertaderament utila, era estat pró clar.
Apres, dens la response de MJVB, i a causa que son bonas, e d'autas ...
Per exemple, totas las alusions au Colectiu Provençau, es un chic pipi caca... Se pensa que los rompa-bassas d'aqueth grop an pas profeitat de l'anoncia de la causida de Carcassona tà escupir un còp mei l'occitanisme ...
Puish, tanben , lo costat "qu'etz los casseurs de grève", es un pauc de la victimizacion ... quan sabem que la grève es organizada dens lo parçan lo mei occitanisat d'Occitània, es un pauc tau com se los de la CGT hasevan una manif dens los locaus de la CGT, en marmusan "s'il vous plait, excuse nous messieurs les gentils patrons, on veut que vous soyez plus gentil merci pardon" ...


_________________
Tant d'annadas aviái somiat
Al mòble en kit crompat a But !
Mas en lo montant l'ai petat !
Ai, Cocut !

Pau DELERMÀS-FIGORNIÈR
http://omidelafotografia.wordpress.com/

Cyril06


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Non poadi anar a-n-aquesta manifestacion perqu'es luenh, ma se li posquessi anar, non li vendrii, perqué l'occitanisme a perdut la sieu inocénça despí ben lontems. Sabi que vau toi vos provocar, ma pensi que tra li organisacions qu'encàrnon l'occitanisme, pauc son democratiqui, à tau ponch que mi paua la question de saupre se l'occitanisme es fin finala democratic.

Es foarça ben qu'an escassat lu extremistes fascistes qu'an pas la sieu plaça aià, ma rèsta encara totplen d'extremistes de l'autre bort, de senèca, que profèsson una ideología genocidaria, e que vóon sovent un culte à dei criminals coma Lenin o Mao, respoansables de la moart de milions de gents. Cau créire que cèrtu crimes còntra l'umanitat son mai aceptables que d'autres...

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
ma rèsta encara totplen d'extremistes de l'autre bort, de senèca, que profèsson una ideología genocidaria, e que vóon sovent un culte à dei criminals coma Lenin o Mao, respoansables de la moart de milions de gents. Cau créire que cèrtu crimes còntra l'umanitat son mai aceptables que d'autres...

Content Òsca Reverar Fantonet

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
Matieu a écrit:
ma rèsta encara totplen d'extremistes de l'autre bort, de senèca, que profèsson una ideología genocidaria, e que vóon sovent un culte à dei criminals coma Lenin o Mao, respoansables de la moart de milions de gents. Cau créire que cèrtu crimes còntra l'umanitat son mai aceptables que d'autres...


M'agradèt tanben a ieu.

maime


Lemosin de prumiera !
Per un còp (mas, un còp fai pas puta), vau prener lo partit dau Cedric, perque, emb son biais un pauc rock 'n roll (heavy metal de segur), joslinha de las chausas importantas per l'occitanisme :
1) es contra lo castanisme e sos derivats baletaires, chantadors e chantairitz a tamborin, que pensan l'Occitània coma la releva, la sublimacion de França desgatjada de son centralisme culturau
2) es contra l'institucionalizacion de l'occitanisme culturau, a basa de subvencions e de perspectivas subvencionairas per lo desvelopament de la lenga, de professionalizacion dins l'administracion (emai dins l'educacion nacionala) daus occitanistas (qu'apres te van dire que se son fachs chiar a un maridatge perque era un maridatge en occitan e que, tu comprenes, era en dimenjada, pas au trabalh...)
3) fai partit de çò que podem 'pelar "l'occitanisme politic", mas li plai mielh de l'apelar "nacionalisme occitan", emb 'na vision arnachista de la nacion (tornar legir Bakunin).

Qu'es çò qu'es compres de las lonjassassas presa de paraula dau Cedric. Crese que son daus problemas vertadiers de l'occitanisme. An perduts l'objectiu, benleu l'an jamai 'gut. Un objectiu pertant plan simple : viure en occitan en Occitània.

PS : Cedric, fai me excusa de queu messatge... Mas lo pensave necessari...

http://ieumaitot.nireblog.com/

Alh Òli


Occitan Warrior
Occitan Warrior
LaurençD a écrit:
Sem a crebar, mas tu contunhas de te pinholar en reglar de comptes personals.

Je m'excuse de demander pardon de m'incruster de la sorte, mai pòdi pas resistir a l'envèja que mi monta de bòn matin. Si siatz de crebar, crebe en silènci, ieu siau encara viu, la radio que travalhi l'es tanben, l'OPM l'es e lei que va vòlon vivan encara.

Tavaneta


Leberonet
Leberonet
E ben ara! N'aviava pas encapat tot aquo, ieu!

Ai votat que n'i poria pas anar.

Ai una brava canha de leser tota la discussion dempuei lo commençimient, ara me caldrà pas parlar coma una capborda, que sai pas pron de causas, ieu.

"A priori", soi d'accordi ambe los que volen pas d'extremistas, mas sai que n'i a pas d'autres aqui, perque n'avem pas traç d'extremistas n'aquel forum.
Ara, pensi que soi d'accordi ambe tot lo monde.
Ai trobat de bonas causas dins los messatges de chascun.

Per ieu, lo mai important, aquo's l'unitat dels occitants, totis ensem, de totas las ciutats et mai de luenh (mai de Paris e de Lille, de Breste o sai pas! ). E qu'aquest'unitat agrada tan als autres que tornaran aprene un pauc la lenga nostra et la cultura a tanben.

Pudierai pas parlar de pertot, mas aqui, ante demora ieu, i a plan de mondo que s'en caga, de la lenga e de la cultura a tanben. Aquo's la rason perqu'ai venguda aqui : perque n'i a pas degun altorn de ieu per discutir un pauc, dins mon villatge.

De politica e tot aquo :
Traparem totjorn d'estrassas e de calucs, de gents qu'an besonh d'èsser politicament implicat amb'una patchaqua extremista, d'un costat o de l'autre (que los dos costat valon pas re de re, ni mai l'un, ni mai l'autre). E de diser plan de conarièrs que non podem pas entendre, perque sem pas estabordits coma aquels fadolis.

Ailas, n'i a pron d'espangassats a tanben dins lo prat nostre, coma pertot.

Ieu, pensi que n'auran aquels pas trop de poder se los ecuchem pas e se los daissem defora, al luenh de nosautres.
Cal pas las "calcular", las tartarassas, que son de grimacièrs, que nos interressan pas mai qu'una ronha.
De segur, daissaran pas de parlar, de nos emmerdar, ara nos caldrà monta lo son de la musica!

Aquo's la causa plan impportante qu'ai leguda a qualqu'endretch aqui, (cresi qu'estava de Joan, soi pas segura, perdon ) : la musica sembla plan utila per faire conneisser la lenga e a tanben la cultura nostra.
Nos cal causir : los jovents conneisson pas tan Mistral (e los trobadors que son d'encara mai luenh deus dins l'istori), que los Golamas K, Moussu T, Garri Greu, los gatcha empega, los Nux Vomica, e plan d'autres.

Cresi ieu que lo plaser commençarà lo travalh to solet.
E après, aurem pas que d'aprene l'istori als jovents, qu'auran estat als concerts, ambe leis amics, que seran plan esoleilhats e jolhos d'aprendre un pauc mai de causas.
Que se los emmerdem ambe la politica, l'istori e los testes de los sicles passats, cresi que porem dublidar la causa nostra. (Perque los françès fan tot aquo a l'escola, n'avem plan vist lo bel resultat! Se lo jovent aiman mai escucha lo rap et lo metal que d'entendre parlar de Corneille o de Châteaubriand, aquo's pas tal que s'en foten de l'istori, aquo's que l'istori, per els que son tot justa naguts, aquo's ara, "hic et nunc" coma disian los romans).
E quant parli ieu de los pitchots, a tanben parli de tot lo mondo.

Per tan que direm qu'avem besonh de faire de manif' e de marchas per gardar lo nostre tresaur, cresi que n'aurem paur de veire morir aquela riquessa que n'avem pas encara perduda.

Mas après, sai pas, ieu, s'aquo's pertot coma aquo's aqui. N'avem de calendretas, de "cercles" occitans, de facultat et de tot aquo.
Aquo va plan, per d'estudir e aquo's plan important, aquo, lo sabi pron.

La causa que me manda ieu, aquo's aquo : se n'avia pas nagut dins aquela cultura, coma m'agradaria de l'encontrar?
Pensi que la musica, los films et tot aquo m'agradaràn plan mai que tot lo reste.

Cresi que tot aquo que fa qu'una lenga demora viva, e tanben sa cultura, aquo's tot lo rabaladis de plaser que los gents pudien aver.
Lo françès, ara, es pas plan estimat : lo nivel a l'escola es quitament pas bon. La tristessa es partot en França.
Se l'occitan propausa un pauc de jolhosa cultura, apertada à tots, ambe la musica, la dança e la poesia, cresi que non poria jamais morir.

Benlèu que soi un pauc utopista, tanben... Aquo lo sai pas.

Bona jornada, les amics! Qu'aquo's totjorn tan agradable de veire los vostres messatges aqui!

Tavaneta


Leberonet
Leberonet
Alh Òli a écrit:
Si siatz de crebar, crebe en silènci


Alh Oli, cosin! Sem pas crebats encara, non! La chormo es plan viva e jolhoso, amb el solelh dau matin!


Ps: Perdon a toteis per lo roman qu'ai postat aqui. Aquo's trop longuet, aquo, e aquo's plan truffat de mescla de françès, perqu'altorn de ieu, n'avia de personnas que parlavan françès! Perdonatz me encara!



Dernière édition par TaBaN le Mer 30 Sep - 8:45, édité 1 fois

maime


Lemosin de prumiera !
Per contunhar dins lo costat "occitan pas militant", vòle parlar d'una amjia mia. La Canetona, occitana de còr dempuei 'queste estiu, perque viu a Limòtges e que l'Estivada era gennniiiaauuu, vendrà pas a Carcassona perque :
1) qu'es luenh, e partir a 7 oras dau matin per tornar a 'na ora dau matin, qu'es tròp
2) n'i a pas los Goulamas'K dins la preprogramacion de la festa...

Sem plan luenh de nòstra agitacion dins nòstre pitit mitan militant mas pròche dau rasonament dau monde facià a queu tipe de mobilizacion...

http://ieumaitot.nireblog.com/

maime


Lemosin de prumiera !
Alh Òli a écrit:Si siatz de crebar, crebe en silènci, ieu siau encara viu, la radio que travalhi l'es tanben, l'OPM l'es e lei que va vòlon vivan encara.
Salaud ! tu vas crever en silence oui !! Ou je t'envoie l'intégrale des discours de Mélenchon (ou de Claude Sicre, t'as le choix de ta torture) !

http://ieumaitot.nireblog.com/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 4 sur 5]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum