OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[Drech francés] Lo drech a un traductor al tribunal ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Mertyl


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Dins la setmana vau anar far un pichon torn dins çò qu'es nomenat tribunal, es un endrech fòrça polit que permet de donar d'argent a l'estat francés e se soi brave ai lo drech de lotjar dins un endrech pendent qualques meses per pas un èuro ! (noirit, lotjat !)

Cadun a lo drech d'èsser jutjat dins la lenga que compren lo melhor o dins sa lenga mairala segon la lei, e segon vautres es possible de demandar un traductor en occitan per que pòsca comprene l'ocupant que va me jutjar o la demanda serà ignorada ?

http://www.occitanews.com

Cerièra de Mai


Trobador !!
Trobador !!
S'ès capable de faire creire que parlas corentament l'occitan, e pas un mot de francés, ensaja totjorn… senon…

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Quina lei ? Te caldria aprenne un chic de drech, de començar amb la constitucion francesa, article dos.
E de tot biais, vas faire creire a un fonccionari que parlas pas qu'occitan ? Ta lenga mairala es lo francés. Cal daissar lo monde dels sòmis e tornar a la "vida videnta".


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

Danís


Adjudant
Mas dins lo label Oc i a daus avocats ! Que n'en fau tirar coma conclusions ?

fredoc


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Jo que pensi qu'es completament impossible. Ne serà pas jamei acceptat. Quantes exemples avem dens l'istòria, deu temps qui efectivament lo monde ne parlavan pas hrancés ?!


_________________
Ací qu'ei l'alh ! ce disè la ceba. / Amic de cadun, amic de degun.
"La vida es una tombola", Manu Chao.
http://www.occitania-fotbol.com

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
Vos poderéi pas díser qui e quan, me m'an contat mantuns còps qu'un tipe qui passava en jutjament parlava pas qu'occitan (defaiçon volontari, politica disem) e demandava un traductor. Au cap d'un moment, quan an comprés que lo tipe anava pas cambiar d'avís e que seré pas possible de l'enténer, qu'an aperat un traductor au tribunau.

Einucent


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Quò me fai pensar au cas de militants bascs que decidiguèren se s'exprimir mas en basc.
Podràs pas far creire que parlas pas françès, amai se i a jà 'gut de las proceduras ente te lor parlavas francès. Mas podès decidir de t'exprimir nonmas en Occitan a comptar d'aura, dins 'na desmarcha politica coma dís Matieu.
Si siès pro testarut, e que ton avocat juga lo juèc, podès benlèu esperar que tas declaracions sian auvidas en Òc. Coma dís Danís n'i a que se faguren labelisar, mas qu'es per l'usatge entre ilhs e lors clients, en sostenh au label ; lo jutjament per contre te sera rendut en francès.

Si comptas 'nar truscant'au fons, segura-te de 'na cubertura mediatica bèla, qu'es un mejan de pression de mai sus la cor. Los media « occitans » mas pas ren-mas. Fai lo saber a Radio Totem, La Dépêche, Midi Libre, Le journal de l'Aveyron... (benlèu amb un comitat de sostenh francoparlant Clucant )
A queu monde podès esplicar ta damanda d'èsser jutjat dins TA lenga, mas pertís pas dins « cadun a lo drech de » manca se ton avocat te segura que quò passa. Los magistrats coneissen mielh lo drech que pas tu e te farias boifar davant que d'aver argumentat. Lo texte de refença lo mai sobeiran qu'es la Constitucion. E i a de las belas chanças per se deslimitèssen a l'interpretacion simplissima de l'article 2 coma dís LaurençD. Son capable de te dire que te siès tengut de parlarla lenga de la Republica a comptar dau moment que dintras dins un de sos tribunaus.

Tots los biais dija-te que sèm pas sus un forum entre fotrassièrs, suffís pas de dire la darrièra colhardisa que t'a passat entre las aurelhas, fau bastir un argumentari « béton » per convencèr lo monde que ta damanda es legitima. E podràs pas eschivar longtemps de dire per qué te passas davant un tribunau.

http://einucent.wordpress.com

Danís


Adjudant
Einucent a écrit:
Tots los biais dija-te que sèm pas sus un forum entre fotrassièrs, suffís pas de dire la darrièra colhardisa que t'a passat entre las aurelhas, fau bastir un argumentari « béton » per convencèr lo monde que ta damanda es legitima. E podràs pas eschivar longtemps de dire per qué te passas davant un tribunau.


Poce Levat

En mai, 'quò serà mai complicat de te defendre en occitan se lo chap d'acusacion a pas de rapòrt mai o mens direct emb la lenga (o au mens emb l'ideia que n'an lo monde dau tribunau). Se desfendre en occitan per un dalhatge d'OGM, compte tengut daus occitans qu'an seguit Bové e companhia, perqué pas (emb mai, 'quò pòt esser valorisant mediaticament). Per aver raubat quauquarren, tustat sus quauqu'un o que te sabe de mai, non. En mai, 'quò nos fai de la marrida publicitat...

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
Marrida publicitat, seréi pas tant categoric. Pensi que lo problèma deu rappòrt de la lenga dab las institucions se pòt pausar que que sia lo perqué de la preséncia davant un jutge.
Au contra, pòt alargar la problematica: soi occitan, parli occitan, passi davant un tribunau e non parlaréi pas que ma lenga, l'occitan. A vos (l'Estat, las institucions) de vos adaptar.

Per contra, com l'a dit Marçau, s'as jà començat de comunicar (orau o escriut) dab eths en francés, qu'ès fotut.

admin


Trobador !!
Trobador !!
He ben ...


_________________
Tant d'annadas aviái somiat
Al mòble en kit crompat a But !
Mas en lo montant l'ai petat !
Ai, Cocut !

Pau DELERMÀS-FIGORNIÈR
http://omidelafotografia.wordpress.com/

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Enfin, la magèr part del temps, un tribunal es pas un empont ont se pòt faire de comunicacion. Es un endrech ont lo monde son judjats e condemnats. E se te retròbas davant un tribunal, es qu'as quicòm a gagnar, mai sovent a pèrdre (de sòus, lo drech de veire lo pichon, o la libertat...). E arribat aici, s'abandonas la lenga francesa, perdes tot biais de te defendre.

S'es per faire de politica, aqui un exemple amb los bascs : la prefectura vòlia enebir una organizacion agricòla que fa de concuréncia a la cambra d'agricultura oficiala. La lenga es estada al centre des desbats, ça que la se faguèron en francés.

http://www.eitb.com/infos/societe/detail/76545/proces-dehlg--place-langue-basque-dans-laccusation/



Procès d'EHLG #1 : la place de la langue basque dans l'accusation

Ramuntxo Garbisu - publié 30/01/2009 | eitb.com |

Lors du procès contre Euskal Herriko Laborantza Ganbara, la langue a été au centre du débat.

Le premier témoin, un jeune éleveur de Pagolle, Antton Etchebeher, répondit que "traduire cette expression EHLG ne se peut pas, puisque la langue basque n'a pas d'existence officielle", rappelant ainsi que l'article 2 de la Constitution française stipule que "la langue de la République est le français".

Malgré de nombreuses sollicitations pour reconsidérer cette position lors d'une récente réforme constitutionnelle, le Parlement s'est finalement opposé à toute modification de cet article 2, alors que la France se distingue de tous ses voisins européens en refusant de ratifier la charte européenne des langues régionales.

Pas d'autre son de cloche du côté du deuxième témoin, Marie-Claire Leurgorry, agricultrice et dirigeante du syndicat ELB : "On ne peut pas traduire EHLG. Par contre, EHLG traduit la nécessité d'un développement différent de l'agriculture", déclara-t-elle.

Et de revenir sur son cas personnel : "Quand je me suis installé sur mon exploitation il y a 15 ans, la Chambre d'Agriculture de Pau l'a rangée parmi les "non-rentables", et ne m'est jamais venu en aide, à la différence d'EHLG. Alors, non, vraiment, il n'y a pas de confusion possible entre les deux structures", conclut-elle.


Une histoire de "chambre"


L'éclaircissement linguistique souhaité par le Parquet fut apporté très à propos par l'académicien basque Jean Haritschelhar : "La difficulté que vous rencontrez ne provient pas des termes Euskal Herriko, qui veulent bien dire "du pays basque", ni du mot Laborantza, qui veut bien dire "agriculture". C'est le mot "ganbara" qu'il nous faut expliciter.".

Et de développer : "Ganbara peut vouloir dire chambre, comme celle que vous rapprochez de l'expression de Chambre d'Agriculture, qui se trouve effectivement dans certains dictionnaires, mais que je n'approuve pas. "Ganbara" a une polysémie particulière, c'est à dire plusieurs sens : celui d'une "chambre à coucher", et partant de là, l'endroit où se produit la naissance ; le sens de "grenier", l'endroit où l'on entrepose le nécessaire pour l'avenir ; le sens de "tête", de "haut", c'est à dire l'endroit où est pensée la vie ; et puis surtout, et ma préférence s'exprime ici, le sens inspiré du mot latin "forum", c'est à dire "l'endroit du débat". Alors, traduire EHLG n'est pas infaisable, mais c'est effectivement complexe, parce que cela exprime une multitude et une richesse de sens", conclut-il.

"Et comme traduiriez-vous "Chambre d'Agriculture" alors, du français vers le basque ?", s'impatiente quelque peu la Procureure...

Et Haritschelhar de répondre, avec malice : "Je choisirai plutôt le terme "logera", qui désigne lui aussi le mot chambre : pas celle qui donne naissance, mais celle où l'on ne fait que dormir".



La dénonciation d'un "paradoxe"


Il reviendra à la défense, par la voix de Maitre Etchegaray, de revenir à des considérations plus juridiques : "L'absence même de traduction d'EHLG apporte la preuve du refus de se substituer à l'institution officielle : aucun paysan ne pense à l'évidence qu'un organisme public puisse avoir un nom basque".

"Mais, dans le cadre d'une association", poursuit-il, "nous sommes dans un cadre privé, et donc, l'appelation est libre, si elle ne comporte pas un caractère discriminatoire ou offensant. Par exemple, il n'est pas demandé au label Idoki (produits fermiers bio de qualité reconnue) d'être traduit. On touche donc là à la liberté d'expression".

Et d'ajouter une démonstration plus constitutionnelle : "L'article 2 de la Constitution nous rappelle que "la langue de la République est le français". Que vous exigiez sa traduction en français est assurément un acte rare, dans cette enceinte où de nombreux débats durent être interrompus à cause de l'emploi de cette langue régionale. En dehors de notre affaire, le Préfet renvoie, d'usage, tout courrier rédigé en basque, en expliquant que cette langue ne présente aucune valeur juridique".



Les mots de la fin


La question de la langue basque se trouvait donc posée en des termes très clairs à ce procès : la traduction d'une phrase qui ne revêt pas de caractère injurieux ou diffamatoire peut-elle avoir, constitutionnellement parlant, suffisament de sens juridique pour nourrir une accusation ?Ce qui signifierait qu'il faudrait : soit ouvrir ici la porte à la ratification européenne des langues régionales, ce que la France se refuse à faire ; soit considérer que la plainte du Préfet (argumentée par sa traduction des termes EHLG) est à proprement parler anti-constitutionnelle.

Et Maitre Etchegaray de conclure : "Si la Justice cherche à savoir comme la Chambre d'Agriculture des Pyrénées Atlantiques traduit, depuis Pau, son propre nom, vous pouvez vous rendre sur leur nouveau site, qu'ils ont choisi d'appeler "www.euskalherrikolaborantza.com". Point com, et c'est tout ! Et sans le mot "Ganbara" ! Eux-même vous expliqueront donc qu'il ne s'agit pas du même nom. Et l'on pourra se poser la question, dès lors, de savoir si ce site, déposé à l'INPI tout récemment, en novembre 2008, c'est à dire après leur constitution en partie civile dans ce procès, n'avait pas l'intention volontaire de créer une confusion entre les deux structures, mais de leur fait..."

Conclusion : cal un avocat dels biaissuts, que mestreje plan lo drech e plaideje en francés !


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum