OCCITANIA !! Forum


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Enquête Socio-Linguistique Région Aquitaine

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

Danís


Adjudant
Au mes d'octobre passat, comencet 'na granda consultacion en Region Aquitània sus la presencia, la pratica e las representacions de la lenga occitana. Los resultats de 'quela entrepresa grandassa (un vintenat d'enquestaires e occitanòfones per un mes de trabalh, 6000 personas interrojadas, un comitat d'experts, un de pilotatge, un grand investiment uman e financier de la Region...) son estats renduts oficiaus uei, davant los actors regionaus de la vita occitana, mai los mediàs.
Avant la parucion dau detalh de l'enquesta (i avia mai de 50 questions dins lo script de l'enquesta...) lo 4 de mai sus lo site de la Region, me permete de vos far part, en exclusivitat, de las prumieras resultas generalas.

Personas que disen parlar la lenga occitana sens difficultats o pro per tenir 'na conversacion simpla.

Region : 9%
Dordonha :
15%
Gironda : 3%
Lanas : 15%
Òlt-e-Garona : 10 %
Pireneias-Atlanticas : 12%

Personas que disen coneisser e comprener au mens quauques elements de la lenga occitana.

Region : 44%
Dordonha :
75%
Gironda : 30%
Lanas : 54%
Òlt-e-Garona : 40 %
Pireneias-Atlanticas : 50%

Denominacion de la lenga utilisada.

Region : Patois (53%), Occitan (20%), Bearnes (11%), Gascon (6%)
Dordonha :
Patois (71%), Occitan (22%)
Gironda : Patois (50%), Occitan (24%), Bearnes (2%), Gascon (8%)
Lanas : Patois (66%), Occitan (9%), Bearnes (2%), Gascon (16%)
Òlt-E-Garona : Patois (74%), Occitan (20%), Gascon (2%)
Pireneias-Atlanticas :
Patois (16%), Occitan (22%), Bearnes (53%), Gascon (5%)

Consciencia de l'apartenença de la lenga nomenada a l'ensemble occitan.

La lenga que parlatz o comprenetz...Correspond a çò qu'apelem l'occitan:

Region
: 20%
Dordonha : 32%
Gironda : 15%
Landes : 20%
Òlt-E-Garona : 15%
Pireneias-Atlanticas :14%

Es una lenga que a sas
particularitas mas que s'i pòt restachar:

Region
: 52%
Dordonha : 46%
Gironda : 51%
Landes : 43%
Òlt-E-Garona : 64%
Pireneias-Atlanticas :62%

Es una lenga diferenta de l'occitan:

Region
: 18%
Dordonha : 15%
Gironda : 24%
Landes : 15%
Òlt-E-Garona : 14%
Pireneias-Atlanticas :15%

Los autres se prononcien pas.

Mode d'apprentissage de la langue.

Familha : 73%
Environament (vesins, pròches, vielhs dau vilatge) :
15%
Escòla : 6%
Sap pas : 4%
Au trabalh : 2%
Cors per adultes : 2%
Libre, tele, radiò, chançons, musica : 2%

Transmission familiala.

Region : 20%
Dordonha : 29%
Gironda : 7%
Landes : 25%
Òlt-E-Garona : 22%
Pireneias-Atlanticas :25%

Atachament a la lenga.

Region : 47%
Dordonha : 72%
Gironda : 33%
Landes : 56%
Òlt-E-Garona : 54%
Pireneias-Atlanticas :52%

Question "La cultura occitana fai partida de mon identitat". (percentatge de "òc")

Region : 41%
Dordonha : 58%
Gironda : 30%
Landes : 52%
Òlt-E-Garona : 41%
Pireneias-Atlanticas :45%

Question "L'Occitan fai partida dau patrimòni de la França".

Òc : 89%
Non : 7%

Question "La disparicion de las lengas regionalas seria 'na perta culturala per la França e sas regions".

Òc : 90%
Non : 8%

Question "Parlar 'na lenga regionala jòune ajuda per n'aprener d'autras".

Òc : 69%
Non : 21%

Question "L'occitan es una richessa d'un punt de vusda economic".

Òc : 57%
Non : 34%

Question "L'aprentissatge de l'occitan es un signe de...?"

Region : Dubertura : 74%
Replec : 15%
Dordonha : Dubertura : 78%
Replec : 12%
Gironda : Dubertura : 73%
Replec : 17%
Landas : Dubertura : 74%
Replec : 13%
Òlt-E-Garona : Dubertura : 69%
Replec : 14%
Pireneias Atlanticas : Dubertura : 78%
Replec : 13%

Question "Es que setz favorable a de las accions de las colectivitats publicas per mantener o desvelopar l'occitan"


Òc, completament : 38%
Òc, pusleu : 44%
Non, pas talament : 9%
Non, pas dau tot : 6%

Perpausicions (percentatge de "òc") :

Mai d'oferta culturala : 81%
Mai de formacions per adultes : 81%
Desvelopar l'ensenhament dins las escòlas : 79%
mai de pratica dins los luecs publics : 66%
Mai d'occitan dins los medias : 64%
Sinhalisacion bilingua : 60%

Question "Setz favorable a l'aprentissatge de l'occitan a l'escòla ?" (percentatge de "òc")

Region : 71%
Dordonha : 82%
Gironda : 66%
Landes : 72%
Òlt-E-Garona : 74%
Pireneias-Atlanticas :75%

Question "Botariatz vòstres enfants dins una escòla que perpausa l'ensenhament de l'occitan ?" (percentatge de "òc")

Region : 69%
Dordonha : 88%
Gironda : 68%
Landes : 76%
Òlt-E-Garona : 67%
Pireneias-Atlanticas :53%

Ensenhament bilingue o en opcion ?

Region : Bilingue : 15%
Opcionau : 83%
Dordonha : Bilingue : 15%
Opcionau : 82%
Gironda : Bilingue : 10%
Opcionau : 88%
Landes : Bilingue : 17%
Opcionau : 81%
Òlt-E-Garona : Bilingue : 19%
Opcionau : 80%
Pireneias-Atlanticas : Bilingue : 22%
Opcionau : 75%

La societat Teleperformance, charjada de coordonar l'enquesta e sas resultas, nos a quitament balhat una ideia de la tendencia regionala sus çò que lo monde espera en accions a menar.

Los partesans : 16%
Los estachats per cultura : 32%
Los duberts, sens interes personau : 39 %
Los desinteressats : 13 %
Los ostiles : 1%

Veiqui lo mai important per lo moment, ara l'i deve 'nar, mas tornarai avant la setmana venenta per vos balhar d'autras resultas e daus comentaris. Coma avetz la chança (vos fasem de las minhardisas ! Content ) d'aver sus lo forum 2 daus 4 enquestaires occitanòfones de la mission en membres actius, a saber lucia e vòstre servitor, vos convide se voletz, se 'quò vos interessa, a debatre de quelas resultas, e a nos pausar vòstras questions, l'i respondrem (io au mens) se podem.



Dernière édition par Danís le Jeu 30 Avr - 19:46, édité 1 fois

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
Desseparatz vos de Bordèu !

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
Diable Content

Danís


Adjudant
Plan Urós
Mas 'quò seria tròp simple. Vertat que lo monde enregistrat sus Bordeu (e coma quo es una vila de las mai grandas de França, i aguet fòrça monde interrojats alai) fan davalar la mejana de tota la region e bravament. Mas fau relativisar ; los bordales son pas fondamentalament anti-occitan, son pusleu desconcientisat o ignorants. Bordeu a talament viscut de mestissatge (espanhòus de 36, russes, portugues, magrebins...) que la color occitana s'es nejada dedins. Evidentament, l'occitan fai pas partida de la cultura de la majoritat daus bordales, evidentament l'i son pas talament estachats. Mas son pas forçadament contra (la question de l'ensenhament meritaria benleu una interpretacion deseparada).
D'alhors senhale au passatge que la situacion de Bordeu es en tren de se tornar produsir dins una autra vila de la Region... Pau ! Content (e tòc, los Biarnes !)
Lo probleme es pas noveu de tota faiçon, l'occitan a dau mau a se mantenir dins las vilas, qualas que sian.
Ajustarai (e zo botarai, chifras a l'apueg) que se levatz las resultas dins la CUB (Comunautat Urbana de Bordèu), las resultas en Gironda son dau niveu daus autres despartaments, veire mai naut per exemple que las Pireneias, e aquò, per io, quo es una bona suspresa.

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Article sus "20 minutes"
http://www.20minutes.fr/article/323403/Bordeaux-La-langue-d-oc-n-a-pas-vraiment-la-cote.php
Sabi pas de que ne pensar. Solide que son que 9 % dels aquitans que sabon parlar la lenga, es pas pro. I a d'autres chifres que son puslèu bons dins l'enquèsta, ça que la. Lo jornalista li agradèt mai de retener son que los 9 %. Benlèu que per d'unes jornalistas, occitan=perdent e d'aquela equacion ne pòdon pas sortir.


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

Danís


Adjudant
Quel article es faus e escandalos. D'alhors vau pas mancar de lur botar un comentari.
Quilhs 9 % representen pas una baissa dau tot dempuei la darriera enquesta, qu'avia fixat a 10% la populacion occitanòfone, mas emb una definicion pro fosca dau mot, e benleu un taus d'enquesta dins las grandas vilas pas representatiu. Dins l'absolu, las chifras d'ujan son quitament melhoras que las de i a 12 ans !
Evidentament, parlen pas daus 82% d'opinion positiva, la chifra la mai interessanta de quela enquesta, la mai inesperada (agradivament) en tot cas.

I a quauquarren que fau saupre : los linguistas fixen a 10% lo niveu de locutors necessaris per la transmission eficaça d'una lenga, quo es a dire sens perda significativa dau nombre de parlaires. A 9%, n'en sem vertadierament pas luenh, en tot cas i a ren de catastrofic per los moments (n'en tornarem parlar dins 20 quand la mitat daus vielhs locutors coma qui avem parlat seran passats... Triste ). En mai, se levem Bordeu de 'quelas resultas, sem mai pres de 15 % que de 9%, e aqui, quo es enòrme per n'autres.

admin


Trobador !!
Trobador !!
Esperi que totas las regions administrativas deu domeni occitan van har la medisha causa : lo formulari d’enquesta exista, mancas soncas quauquas modificacions e amelioracions. Un chic de collaboracion inter regionau, e anem !

Bon, siquenon, lo 82% d’opinion positiva, aquò’s ua navera de las bonas.

E merda a 20Minutes (lo temps que’ns cau tà’vs solhar las mans...), Direct 8, soir, matin, Bordeaux 7, Metro, e tota aquèra còla de distributor de papèr cuu !


_________________
Tant d'annadas aviái somiat
Al mòble en kit crompat a But !
Mas en lo montant l'ai petat !
Ai, Cocut !

Pau DELERMÀS-FIGORNIÈR
http://omidelafotografia.wordpress.com/

Mertyl


Occitan Warrior
Occitan Warrior
"la França"

Qual es ? Es una amiga de la Itàlia, de la Espanha e de la Belgica ?

http://www.occitanews.com

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Paregut dins Sud-Ouest d'uèi :


LANGUES REGIONALES. Contrairement à tout le reste de l’Aquitaine, les Béarnais ne désignent pas leur langue originelle par « patois », ou si peu…

La grande exception béarnaise

Spontanément, 53% des Béarnais déclarant connaître au moins quelques éléments de la langue ancestrale, disent parler le béarnais. 22% disent parler l’occitan, 16% le patois, 5% le gascon. En fait, ces quatre termes désignent strictement la même chose : la même langue.

Mais la vaste enquête sociolinguistique (6000 Aquitains interrogés) dont les résultats ont été révélés hier, à l’Hôtel de région, à Bordeaux, montre que quelle que soit la façon dont elle est désignée (voire écrite), la « lenga noste » (ou « nouste » si l’on veut…) reste chère au cœur des habitants de la région. 17% des Aquitains s’y disent très attachés (20% en Béarn et Gascogne maritime) et 30% plutôt attachés (32%). Naturellement la proportion augmente (73% de très ou plutôt attachés) parmi les gens qui disent posséder la langue.

Sur le fond, l’enquête révèle que les locuteurs représentent autour de 10% de la population. C’est en Dordogne et dans les Landes que la pratique reste la plus vivace (15%), les Pyrénées-Atlantiques suivent (12%) ; bien sûr, il n’y a été tenu compte que de la partie occitanophone du département et pas du Pays Basque. Mais il s’agit là des personnes déclarant parler « sans difficulté » ou à même de tenir une « conversation simple ». Or quand on ajoute celles qui avouent s’exprimer avec difficulté, le taux monte à 25% en Pyrénées-Atlantiques (22% en Aquitaine). Et prend-on en compte celles qui disent la comprendre ne serait-ce qu’un tout petit peu, qu’il grimpe à 50% (44%).

OCCITANS QUAND MÊME… Les enquêteurs ont redoublé d’efforts dans le département puisqu’ils y ont doublé l’échantillonnage (2000 questionnaires). Localement, les chiffres ne manqueront pas d’être décortiqués par les différentes obédiences culturo-linguistiques, plus que jamais à couteaux tirés. Même s’ils traduisent des réalités un peu complexes. Ainsi, dans nos Pyrénées-Atlantiques, dire qu’on parle le béarnais n’empêche pas de considérer (62%) que cette langue, même avec ses particularités, peut être rattachée à l’occitan. Les chiffres peuvent même être facétieux : ils renvoient dos à dos les locuteurs occitans se déclarant tels (14%) et ceux pour qui le béarnais ou patois « est une langue bien distincte de ce qu’on appelle l’occitan ».

Pour René Ricarrère, président de l’Amassada (1), qui en est à l’initiative, cette enquête lourde va donner du grain à moudre aux politiques publiques. Car un vrai consensus (82%) se dégage en faveur d’actions « pour maintenir ou développer la langue occitane » en Aquitaine. En étoffer l’offre culturelle (81%). En développer l’enseignement dans les écoles (79%). En renforcer la présence dans les médias (68%). « Elle va être un outil solide, comme l’a été celle pour le basque, pour la reconquête, la reconnaissance, voire le printemps de la ‘’lenga’’. La dernière enquête, moins complète, remontait à une douzaine d’années ».

L’ancien maire d’Orthez retient « que les gens sont en attente ». Et qu’il y a en outre « une persistance forte du parler et de la compréhension de la langue ». Citant Alain Viau, chercheur au CNRS, il souligne aussi que le vocable « occitan » a progressé, ce au préjudice de « patois ». Quant à l’exception béarnaise : « C’est la force du Béarn et de son identité. Henri IV…, tout ce qui touche à son histoire. Ce qui est significatif, c’est que « patois » est en train de s’effacer ».

Et à juste titre si l’on veut bien considérer qu’un « patois » est l’altération d’une vraie langue. Or le béarnais ne « dérive »pas du français, qu’il a précédé de plusieurs siècles, y compris dans les actes officiels… devath lo bèth cèu deu Biarn (2).



(1) Conseil de développement de la langue occitane en Aquitaine

(2) "Sous le beau ciel du Béarn"


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

Danís


Adjudant
Vaquí un article autrament formulat que lo de 20 Minutas ! Òsca

Mertyl


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Se pòt utilizar "La França" e non "França" dins un dialècte ? Cresiái que non. Compreni pas çò que "la" fa aicí.

http://www.occitanews.com

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
Mertyl a écrit:Se pòt utilizar "La França" e non "França" dins un dialècte ? Cresiái que non. Compreni pas çò que "la" fa aicí.

Segur que si pòu.
En occitan tot, es pas una question de dialècte.
Dins leis aurei lengas romanicas tanben, hè.

Mai, seriá pas una mena d'assai d'empapautatge de moscas que fariás aici ? Perqué lo rapòrt ambé lo subjècte, qu'es fòrça interessant en de mai, lo vieu gaire.

Danís


Adjudant
+1
S'as de questions linguisticas, merces de las pausar dins la FACULTAT sens subrecharjar un subject que risca desjà de z'esser...
Òc Cap

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
Vaquí un article autrament formulat que lo de 20 Minutas
E òc, vedem aci que dab lo medish document, un jornalista que pòt escr5ver a puish près çò que vòu, en tot cas tractar çò qui va dens lo sens de son viejaire.

Jo pensi qu'existeish pas l'objectivitat. En tant que jornalista me disi quitament pas objectiu. M'estimi mei de parlar d'aunestetat.

Pensi que n'arribam a articles positius atau dens lo Sud Ouest mercés a l'activitat quasi intensiva deus qui pòrtan la cultura.
A l'imatge deus elegits, las reaccions de mèrda cap a d'aqueras enquestas e mei generaument cap a la lenga son sovent devudas a ua manca vertadièra de coneishença, mei qu'a ua vertadièra oposicion o maishante fe.

Enfin, n'ei pas que lo debut. N'èi pas que mon vejaire, mes shens engatjament politic se poderà pas sauvar la lenga.

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Matieu a écrit:Jo pensi qu'existeish pas l'objectivitat. En tant que jornalista me disi quitament pas objectiu. M'estimi mei de parlar d'aunestetat.

Pensi que n'arribam a articles positius atau dens lo Sud Ouest mercés a l'activitat quasi intensiva deus qui pòrtan la cultura.
A l'imatge deus elegits, las reaccions de mèrda cap a d'aqueras enquestas e mei generaument cap a la lenga son sovent devudas a ua manca vertadièra de coneishença, mei qu'a ua vertadièra oposicion o maishante fe.
Per parlar clar : i a pas qu'un jornalista que se siague vertadierament assabentat sul sicut que pòsca far un papèl objectiu. Un jornalista abalit a l'escòla de la lenga de fusta jornalistica francesa pòt pas escriure que d'un biais "automatic" : occitan = fotut / aparar la lenga = pesuc.
20 mn es lo temps per pissar l'article ?


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

Cyril06


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Danís a écrit:Vaquí un article autrament formulat que lo de 20 Minutas ! Òsca

Es ver que fa plesir de vèire que l'identitat regionala es encara important, quand si dì dapertot que li lengas regionali si perdon...

Mi fa sobretot cagar quand lu gents soanon la lenga noastra "lo patois". Son li rèstas tenaci dòu "matracatge" sistematic de la política lenguística dòu governament jacòbin e ròbespierrista despí la fin dòu XIX sègle, quand s'interdihía de parlar a l'escòla dins una lenga autra que lo francés e quand toi aquelu que s'esprimavon en "patois" èron punits.



Dernière édition par Cyril06 le Mer 13 Mai - 12:24, édité 1 fois

Danís


Adjudant
L'enquesta nos ditz que fau tanben relativisar aquò.

En Dordonha per exemple, la majoritat daus locutors van dire còp sec (a 71%) que parlen patois (forçadament, an tots un pauc vergonha, e van esser un pauc mesfiants de quauqu'un que los apela en nom d'una institucion de la republica...), mas los fau pas lançar beucòp per lur far dire que queu "patois" es de l'occitan, e sens intervencion de ma part (lo questionnari se fasia progressivament, e, apres aver pausat las questions relativas a l'emplec de la lenga, en utilisar n'autres la denominacion de l'interlocutor, n'en ribavem a damandar "Per v'autres, la lenga que parlatz aqui se parla dins tot lo Sud de la França ?", "Avetz auvit parlar dau mot d'"Occitan" ?") 78% disian que lur lenga era de l'occitan o au mens que s'en restachava (daus uns còps an de las nocions, mas incompletas per çò qu'es de la dialectalisacion), e nonmas 15% disian que 'quò era completament diferent.

'Quò vòu dire que los vielhs que coneissen la lenga an pres a reborra l'ensenhament respublican, en acceptar lo terme de "patois" que lur an donat, mas en li enlevar, quand parlen entre ilhs, tot lo costat pejoratiu dau mot.Veiqui la pròva que la question de la denominacion de la lenga es un faus problema, e finalament empescha pas un biais de conscientisacion de l'apartenencia a un espaci mai grand.

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
Es possible de ne'n saupre mai sus lo projècte de doble afichatge sus l'autorota nòva ?

En tot lo cas, aqueleis chifras fan tras que plaser.
Mi demandi ben per quntei dralhas pervèrsas a degut passar lo tipe qu'escriguèt l'article de 20 mn per ne'n tirar de tant marridei conclusions.

Danís


Adjudant
Coma promes, La Region a botat son analisa en linha, es subretot, lo pdf complet de las resultas, que vos conselhe vivament de descharjar (atencion los uelhs, 'quò fai casi 250 paginas, per vos dire lo trabalh...Trucat ) :

http://aquitaine.fr/actualites/occitan-las-resultas-de-l-enquesta.html

Nos an promes que lo comitat d'experts faria de las amassadas per interpretar las resultas mai pregondament. Afar de segre, donc.

Per çò qu'es de la novela autopista, i aguet quauquarren sus Gasconha.com, mas lo tòrne pas mai trobar.

gat-esquiro@orange.fr


Pintaire
Pintaire
adishats,

en Dordonha, dab 15 % que mestreje era lenga e 75 % que parle un pauc que hé 90 % !
Qu'ei de mai creger. Qu'ei tribalhat aciu e aquerò m'estone hòrt.

Qu'esperi era medixa enquesta en Meidia-Pirineas, pr'amor ei hòrt interessanta e de heit qu'ei bona tà eth moral.

http://gat-esquiro.blogspot.com

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
per los 75% deus qui "parlan un pauc", que sufeish de saber díser 3 o 4 mots ..

Danís


Adjudant
Veiqui, saure dire "adiu, coma 'quò vai" sufis. En generau, quo es mai de las expressions que demòren, de las interjeccions mai que mai (chas los jòunes tanben).
E gat-esquiro, los 15% de locutors "complets" son desja compres dins los 90% daus qu'an un rapòrt emb la lenga.

Sokolovic


Trobador !!
Trobador !!
Bòn.

Au liegir d'aquesta enquista mi pausi quauquei questions.

D'en promier, m'agradaria de saupre çò que donaria en Provença, una enquista tala, e se lei mejans desenvelopats per aquela d'aqui pòdon èstre tornar emplegats dins una autre region.

Mai que mai, estent qu'avem au mens un enquistaires aicita, m'agradaria de saupre coma la causida deis enquistats es estada facha. Vos an laissat un tròç de papafard e vague de caminar entrevistar quau que siegue, ò l'avia quaucaren de mai precis ?

Danís


Adjudant
A la debuta, solament doas regions occitanas se son montradas interessadas per una enquesta entau, Aquitània e Miegjorn-Pireneus. Sus la question de l'occitan las doas comencen de trabalhar la man dins la man dempuei quauques temps desjà. L'enquesta s'es chabada en Aquitània, vai pas tròp tardar en MP. Per las autras regions, ai aps de novelas, benleu qu'esperavan de veire las resultas de 'quela-qui ? Se fan pas ren, 'quò seria una bona ideia de los anar veire en tant qu'associatius, las resultas de 'qulea-qui a la man, e de n'en reclamar pertot. Personalament, pense pas que la Provença aja a esser vergonhosa per rapòrt a l'Aquitània, 'quò deu ben esser mai o mens parier, mielhs benleu.

Per çò qu'es dau debanament dau recrutament, la Region a fach un "appel d'offre" que la societa TelePerformance (sabetz, los que vos sonen per vos vendre daus surgelats o far prener un credit a los que n'an pas mestier...) a obtengut. Ela, en seguida, a montat un plateu (tot se faguet per telefòna, çò que tròbe maluros personalament, auria aimat me permenar e sonar chas lo monde...) e lançat de las anoncias per lo recrutament, sus la basa d'una bona coneissença de la lenga (e subretot de quauques localismes). 4 occitanòfones son estats pres (la region n'avia previst 6, mas TP devia voler far de las economias... Uèlhs al Cèl ), e un vintenat de francòfones per nos ajudar (an 'gut una pita formacion, d'una mieja-jornada a l'occitan, çò que io tròbe pas pro, e en mai d'aquò facha per lo monde de TP, que l'i coneissen ren...).

Lo questionari qu'aviam (informatisat, zo seguissiam sus l'ordinator en parlar au monde) es estat fach per un comitat d'experts (comprener : daus occitanistas de facultat), mas leu a faugut lo modificar en veire lo "terrenh", que las questions eran pas totjorn comprenesiblas o plan formuladas. Mas grosso modo, l'avem respectat.

Vos botarai lo questionari, per vos far una ideia, se voletz. 'Quò pòt esser siolier de vos lo far far, en mai... Poce Levat

Cecíla


Òmi/Hemna de Situacion
Òmi/Hemna de Situacion
qu'es interessant quela enquèsta, mas sei pro pro pro estonada daus resultats. Per ieu que sei de Dordonha, me sembla pas dau tot que uei, la lenga representa grand-chausa, tant mens dins la jovena generacion (coneisse pas l'atge mejan daus participants, quò seriá interessant de saber). quantben de personas ai esseiat de convéncer...
pòde pas creire çò que legisse. De vrai lo Peirigòrd es un pais rurau, 'donc que pòrta mai d'atachament a la lenga, mas 'queu aqui es una excepcion. Disem sovent qu'en Dordonha sem pas druberts, que la vergonha es mai fòrta, e que sem pro crentiu. qu'es mens chalorós coma país, i a pas claude sicre que tamborna dins la charrièra, i a pas los jovents defors que cantan fòrt, la cervesa a la man, i a pas tot aquò en Peirigòrd. Qu'es vrai qu'es un país freg. I a de las gens que parlan de segur, i a de las gens que se bolegan, pense que i a daus "pilars", i a daus Noms dins nòstre pais, mas sem enquera entre nosautres, la conversion es pas aisada de far.
e dins la region avem lo mai gran percentatge de "òc" per "La cultura occitana fai partida de mon identitat" e l'atachament a la lenga (72% !!) ?? qu'es plan ben, mas prodriái pas interpretar, explicar aquestes resultats. comprene pas, mas benlèu qu'es l'influença de la mai grana vila del departament que me fa díser quò.

LaurençD


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Bon, que Claudi Sicre tamborineje de per carrièras, aquò fa gaire caminar lo schmilblick.
Lo problèma ambe la lenga es que vivem tots sus d'imatges fòrça subjectius, quitament lo biais de la nommar es una dificultat.
Ieu, ai pas jamai poscut ne parlar ambe los ancians. A causa de la lor vergonha, o benlèu qu'èri ieu tròp malbiaissut. Ne conservi una mena de frustracion, coma una rabia, que te fa pensar que tot es fotut. Se cal pas enganar ça que la, es la comunicacion que va mal, aquò vòl pas dire que la lenga es perduda. Un desparaulat es pas totjorn un mut !
Una enquèsta coma aquela permet d'avedre un imatge objectiu, emai se se caldria pas enganar en interpretar los chifres. Mas a ieu m'estona pas tant que qualqu'un que vòl pas parlar la lenga ambe sos enfants pòsca dire a un estrangièr al telefòn : soi occitan. Òm pòt èstre vergonhos e fier a l'encòp.
Las institucions, coma la region Aquitania o Mièjorn-Pirenèus, an un rotle del grands de jogar per "desdramatizar" lo sicut. S'aviam aquò en Ròse-Aups...


_________________
http://lacabraelolop.canalblog.com/

Arf


Occitan Warrior
Occitan Warrior
Cecíla a écrit: i a pas claude sicre que tamborna dins la charrièra, i a pas los jovents defors que cantan fòrt, la cervesa a la man,

Dilheu n'ei pas un mau Clucant

Zengi


Trobador !!
Trobador !!
+1

Cecíla


Òmi/Hemna de Situacion
Òmi/Hemna de Situacion
ai mestier de ma cervesa Escacalassant

LaurençD a écrit:Se cal pas enganar ça que la, es la comunicacion que va mal, aquò vòl pas dire que la lenga es perduda. Un desparaulat es pas totjorn un mut !

qu'es vrai !

capbreton


Occitan Warrior
Occitan Warrior
http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/603540/mil/4584194.html

ENQUÊTE. La langue occitane fait de
la résistance. Selon une nouvelle étude, elle est moins parlée qu'il y
a dix ans, mais encore par 9 % des Aquitains


L'occitan vit toujours en Aquitaine


Le collège Jean-Monnet à Pau héberge le collège calandreta. (photo jean-louis duzert)

L'occitan n'est pas mort.
On en est même loin à en juger par les résultats de la
dernière enquête sociolinguistique réalisée auprès de 6 000 Aquitains
(1). Si l'on prend comme critère le fait de parler l'occitan (2) « sans
difficulté en étant capable d'exprimer ce que l'on veut », ou bien de
le connaître suffisamment pour « tenir une conversation simple », ils
sont 9 % dans ce cas.


Autrement dit, un habitant sur dix de la région
parle un patois qui a pour socle la langue d'oc. Ce résultat est à
mettre en regard d'une autre étude réalisée en 1997. Les critères
étaient certes un tout petit peu différents, mais à une question
sensiblement identique, 12 % des Aquitains déclaraient parler
l'occitan. Pas de quoi pavoiser donc pour les défenseurs du patois
puisque ceux qui le pratiquent sont un peu moins nombreux. Pour autant,
l'occitan ne s'est pas dissous dans l'évolution de notre mode de vie et
le renouvellement des générations.


Âgés et ruraux


« On aurait évidemment préféré que les Aquitains
soient aussi nombreux qu'il y a dix ans à parler cette langue. Mais ce
résultat n'est pas non plus mauvais. Il montre que l'occitan est bien
vivant, et que si l'on y travaille, on peut en faire progresser l'usage
dans la population. » L'ancien maire d'Orthez, conseiller régional et
grand défenseur des langues régionales, René Ricarrère, se veut
optimiste. Il évoque dans ce sens une reconquête du patois auprès de la
jeunesse, à travers notamment des groupes de rock, qui connaissent un
certain succès.


Cet optimisme ressemble quand même un peu à la foi
du charbonnier si l'on se réfère à la dure réalité des statistiques.
Car les pratiquants de cette langue sont justement en majorité des
hommes (59 %) plutôt âgés (63 % de 60 ans et plus). Seuls 14 % des
moins de 45 ans, vivant en Aquitaine, connaissent le patois. Et près de
la moitié des locuteurs vivent dans de petites communes de moins de 2
000 habitants. Autrement dit, à la campagne. Rien d'étonnant, donc, à
ce que la Gironde - et sa grande agglomération bordelaise - soit le
département le moins occitan, avec 3 % de pratiquants.


Rôle de l'école


« On essaye de la faire vivre. Mais cela passe
d'abord et surtout par l'éducation, et un soutien de l'État pour des
postes d'enseignant », souligne l'élue girondine Isabelle Dexpert. Même
son de cloche pour l'écrivain occitan du Périgord, Jean Ganhaire : « La
transmission se fait au sein des familles (dans 73 % des cas selon
l'étude). Mais il est certain que le rôle de l'école est essentiel pour
la faire progresser. Et sur ce point, il faut que l'État prenne ses
responsabilités. Les postes d'enseignant, par exemple, ne dépendent pas
des collectivités locales. On attend par exemple toujours l'ouverture
d'une classe bilingue à Sarlat. »


Mais il n'y a pas que de mauvaises nouvelles. Le
premier collège calandreta (école en occitan) d'Aquitaine a ouvert au
coeur du collège Jean-Monnet de Pau, et compte déjà 26 élèves. La
Région Aquitaine va également investir 1,6 million d'euros en 2009 pour
les langues, et augmenter peut-être le budget. Il existe également un
projet de signalisation de panneaux bilingues dans les lycées.


44 % comprennent un peu


Parmi les autres bonnes nouvelles, certaines
émanent aussi de l'étude. Si 9 % des Aquitains pratiquent l'occitan, 44
% en comprennent quelques éléments. Il est donc connu par une large
part de la population. Ils l'ont entendu en famille ou autour d'eux
(voisins et amis). Il est d'ailleurs parlé avec des proches, et souvent
lors de réunions familiales ou amicales, ainsi qu'au café et au marché
pour les usages les plus répandus. Enfin, et c'est un point pour le
coup plus négatif, la majorité des Aquitains (57 %) ne se sent pas de
culture et d'identité « occitanes ». Ils sont d'ailleurs 52 % - encore
la majorité - à n'être pas ou plutôt pas attachés à cette langue. Ce
qui montre qu'il y a encore du travail pour les défenseurs du patois.


(1) D'un coût de 90 000 euros payés par le Conseil régional d'Aquitaine.


(2) Par occitan, on entend aussi patois, gascon,
béarnais, quel que soit son nom selon le secteur géographique. Mais
c'est le nom « patois » qui domine.

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum